Israël se rapproche-t-il de l’Espagne ou de l’Italie, nations habituées aux élections à répétition? La question se pose plus que jamais après l’échec, ce mercredi, du rival de Benyamin Netanyahou, Benny Gantz, à former un gouvernement. Une situation quasi spectrale qui risque de mener l’Etat hébreu à de troisièmes législatives en moins d’une année.


Sur ce sujet:


«Après une dernière journée de négociations», l’ancien chef d’état-major de Tsahal (2011-2015) et leader de la coalition centriste Bleu et Blanc aux élections législatives d’avril et de septembre 2019 a finalement renoncé. Rebelote, donc, après l’échec du premier ministre sortant, Benyamin Netanyahou, il y a un mois de cela. Ainsi, comme l’explique le quotidien Haaretz qu’a lu et traduit Courrier international, Benny Gantz a remis son mandat de former une coalition dans les mains du président Reuven Rivlin.