Au crépuscule de 2020, Courrier internationalsouhaitait la «bienvenue au pays où l’instabilité politique est une maladie chronique. Au cours des huit dernières années, l’Italie a changé de gouvernement pas moins de cinq fois.» Mais «depuis le printemps 2018, pourtant, un homme a réussi à conserver le pouvoir, […] Giuseppe Conte, qui a survécu à la crise provoquée par son ancien allié, Matteo Salvini, en changeant la composition de sa coalition politique, tout en conservant son poste de président du Conseil.»

Lire aussi l’article d’Antonino Galofaro, à Rome: Une crise politique à l’ombre du coronavirus