Bien sûr, un président ne devrait pas parler ainsi, de même que vous et moi, ce qui ne veut pas dire que nous nous en privons. Le mot employé n’est pas réputé élégant et l’action qu’il recouvre s’imagine poisseuse et nauséabonde autant pour celui qui la pratique que celui qui la subit. Dès lors, Emmanuel Macron s’est auto-défini comme un emmerdeur, ce qui renverse l’injure. Car si l’emmerdé endure plus ou moins passivement l’infamie, l’emmerdeur lui est un actif qui ne répugne pas à relever les manches et à s’en mettre plein les pognes. Par définition, l’emmerdeur est insistant, collant, exaspérant, ce pour quoi les braves gens le fuient, quitte à changer de trottoir.