L'ambassadeur Pietro Cordone, arabisant, vétéran du Moyen-Orient, est chargé des affaires culturelles au sein de l'Autorité provisoire de la coalition. L'exposition des trésors de Nemrod est son initiative. Il revient sur l'état actuel du patrimoine archéologique irakien.

Le Temps: L'ampleur des pillages du musée paraît maintenant plus réduite qu'on ne le pensait….

Pietro Cordone: Je ne crois pas que les chiffres donnent une idée des dommages causés au patrimoine de ce pays. Savoir que le nombre de pièces volées est inférieur aux prévisions est une excellente nouvelle. Nous misons beaucoup sur le processus de restitutions volontaires, via les appels lancés dans les mosquées. Mais ce que j'ai trouvé en arrivant en Irak ne porte pas de mot. Le musée a été fracturé, vandalisé. Des sites archéologiques continuent chaque jour d'être visités. La décision de montrer au public les trésors de Nemrod est un moyen, à mes yeux, de créer un électrochoc pour dire aux Irakiens que leur patrimoine préservé demeure d'une valeur exceptionnelle, et pour signifier à la communauté internationale que l'Irak millénaire n'a pas disparu de la carte. Ce pays renferme toujours des trésors de l'humanité. Mais sa recherche archéologique est à genoux.

– Les pillages sont un symbole. Toute la culture irakienne n'a-t-elle pas été ébranlée par le conflit?

– La guerre a été le coup de grâce pour les artistes, les intellectuels, les chercheurs irakiens déjà assommés par les trente années de dictature de Saddam Hussein. Mais tous veulent repartir de l'avant. Le premier concert de l'orchestre symphonique, le 26 juin, a été un moment extraordinaire. Nous prévoyons aussi bientôt des expositions de peinture. Le message que je veux faire passer est celui de la confiance retrouvée. Je sais que c'est difficile. J'ai moi aussi des problèmes avec l'énorme dispositif de sécurité déployé par les Américains. Je ne peux pas sortir de mon bureau sans trois gardes du corps! J'entends ce que les gens disent. Je les comprends. Une occupation est toujours difficile à vivre. Mais c'est aussi pour cela que les artistes doivent montrer l'exemple. S'ils reprennent confiance, le moral de la population remontera à l'unisson.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.