Opinion

Jeremy Corbyn: le Prix de la détermination et du courage

OPINION. Le leader travailliste britannique Jeremy Corbyn se voit décerner à Genève le Prix Sean MacBride par le Bureau International de la paix. Il représente l’espoir de voir pour la première fois un dirigeant antinucléaire parvenir à la tête d’une puissance nucléaire, écrivent Arielle Denis et Jean Rossiaud

Jeremy Corbyn, leader du Parti travailliste de Grande-Bretagne, reçoit ce vendredi 8 décembre le Prix de la paix Sean MacBride à Genève. Décerné par le Bureau international de la paix (BIP), ce prix entend «honorer Jeremy Corbyn pour son travail politique inlassable et décisif pour la paix et le désarmement». La cérémonie coorganisée par le Forum démocratique mondial se tiendra au Palais Eynard, à l’invitation de la Ville de Genève, qui accueille cet événement hautement significatif pour le positionnement de la Genève internationale en matière de gouvernance mondiale pour la paix et de la sécurité humaine.

La distinction remise à Jeremy Corbyn est un signal politique fort au moment où les armes nucléaires réapparaissent comme enjeu des tensions mondiales. Opposant actif à la participation de son pays à la guerre en Irak et à l’OTAN, Jeremy Corbyn, alors député, n’hésite pas à voter à de nombreuses reprises à contre-courant. Vice-président de la Campagne pour le désarmement nucléaire (CND), il a plaidé inlassablement contre le renouvellement de l’arsenal nucléaire britannique, les sous-marins et missiles Trident, qui ont fait l’objet d’un intense et long débat avant d’être finalement adoptés en juillet 2016.

«Je n’appuierai jamais sur le bouton»

L’ascension de Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste en 2015 et les bons scores de son parti aux dernières élections le placent dans une bonne position pour être le prochain premier ministre. Voilà qui peut faire espérer que l’engagement pour une paix dénucléarisée sera à l’ordre du jour des grandes puissances. En effet, Jeremy Corbyn n’hésite pas à répéter que, le cas échéant, il n’appuiera pas sur le bouton nucléaire, prenant le contre-pied de la doctrine de la dissuasion!

Une telle posture mérite l’attention de la communauté internationale et de la Genève internationale, en particulier. Lors de l’ouverture de la nouvelle session de l’Assemblée générale des nations unies en septembre dernier, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, affirmait: «Aujourd’hui, partout dans le monde, les craintes suscitées par les armes nucléaires sont à leur paroxysme depuis la fin de la guerre froide. La peur est bien réelle.» Mais il est possible d’opposer la paix à la peur et de continuer à défendre sur le long terme la construction d’un monde plus juste et plus sûr.

Face à la montée en symétrie du président nord-américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, ainsi que des tensions entre l’OTAN et la Russie, un processus inverse s’affirme. Le 7 juillet dernier, à l’ONU, le Traité d’interdiction des armes nucléaires a été finalisé, et signé par plus de 50 pays. Les armes nucléaires, que l’on pouvait juger immorales et illégitimes, sont désormais illégales. Certes, les pays nucléaires ont boycotté ce processus. C’était sans compter la détermination conjointe d’une majorité d’Etats et de la société civile transnationale, organisée dans la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires – ICAN – qui vient de recevoir le Prix Nobel de la paix. La reconnaissance de l’engagement de Jeremy Corbyn s’inscrit dans le même mouvement.

Nouvelle architecture pour la paix

En l’honorant du Prix Sean MacBride, le Bureau international de la paix salue, en effet, non seulement un inlassable engagement pacifiste, mais également l’espoir de voir un opposant aux armes nucléaires arriver à la tête d’une puissance nucléaire, soutenu en particulier par la jeunesse, celle qui n’a pas connu la guerre froide et pour qui préserver la planète est une nécessité vitale.

Le Forum démocratique mondial s’associe à cette cérémonie, en tant qu’elle est le signal d’une campagne mondiale d’initiatives qui culmineront à Genève en 2019 pour une Assemblée mondiale des citoyens vers une paix juste et durable.

Le centenaire de la Société des Nations (1919-2019) offre à la société civile internationale une occasion unique pour engager un mouvement déterminé en vue d’atteindre en 2030 l’objectif n° 16 des Objectifs du développement durable (ODD/SDG) «Paix, justice, institutions efficaces», et proposer ainsi une nouvelle architecture mondiale vers une paix universelle, juste et durable. Genève doit prendre sa place dès aujourd’hui dans cette nouvelle architecture.

Publicité