La planète a les yeux rivés sur Davos. Le Forum économique mondial accueillera ce vendredi Donald Trump. Le président américain va découvrir une station grisonne couverte d’un épais manteau blanc. Mais son vice-président, Mike Pence, vient quant à lui d’achever une tournée ensoleillée au Moyen-Orient, sans avoir eu le moindre contact avec les Palestiniens. Lundi, il a prononcé le discours sans doute le plus pro-israélien jamais exprimé par un dirigeant étranger devant la Knesset.

Lire aussi: La neige alourdit le dispositif sécuritaire à Davos

Le lendemain, Mike Pence s’est rendu au mur des Lamentations, haut lieu du judaïsme. Un temps fort de sa visite à Jérusalem. Kippa noire sur la tête, il a posé sa main sur la paroi, puis glissé entre les pierres un bout de papier supposé, selon la tradition, contenir une prière ou un vœu. Une scène importante: elle intervient huit mois après que Donald Trump s’est lui-même recueilli devant le mur, une première pour un président américain en exercice.

«Citoyens de seconde zone»

Dans un court article, le Washington Post raconte les coulisses de cet épisode symbolique. Les femmes journalistes ont été maintenues à distance, derrière des barrières. Alors que leurs collègues masculins étaient en bonne position pour voir Mike Pence se recueillir. La raison? Les règles d’orthodoxie juive obligent hommes et femmes à prier séparément devant le mur, où deux espaces distincts sont prévus à cet effet.

Sur Twitter, les femmes qui couvraient l’événement ont exprimé leur mécontentement avec le mot-dièse #pencefence. «C’est un peu difficile de faire notre travail. Les femmes journalistes sont obligées de se tenir derrière les hommes», s’agace la journaliste d’i24news Ariane Ménage. Une vidéo a également été publiée par sa consœur Noga Tarnopolsky‏.

«Les femmes sont isolées et ne peuvent ni photographier la scène, ni travailler. Elles sont considérées comme des citoyens de seconde zone», a twitté Tal Schneider, une rédactrice du quotidien israélien Globes. Selon elle, la responsabilité incombe à l’ambassade américaine, qui est à l’origine de l’invitation. Les organisateurs ont finalement retiré la toile qui couvrait leur podium pour qu’elles montent sur des chaises et surplombent ainsi leurs confrères. La mixité est un sujet de controverse depuis des années. Des juifs libéraux exigent un changement des règles, mais se heurtent à une farouche résistance des ultraorthodoxes.

«Ce n’est pas une question religieuse»

En réponse à des questions sur le sujet, la porte-parole de Mike Pence, Alyssa Farah, a déclaré dans un communiqué: «Tous les efforts ont été faits pour accueillir les journalistes femmes et hommes tout en respectant les règles du mur des Lamentations.» L’ancienne ambassadrice américaine Laura Kennedy, aujourd’hui membre d’une organisation qui milite pour un contrôle accru des armes à feu, peine à y croire.

«Pourquoi le gouvernement américain n’a-t-il pas défendu les femmes journalistes qui étaient extrêmement défavorisées dans leur travail? Elles étaient là pour faire leur travail, pas pour prier. Ce n’est pas une question religieuse, c’est une discrimination fondée sur le sexe», estime-t-elle sur Twitter.

Lire également: Le devoir de fidélité conjugale du vice-président américain Mike Pence

Contrôle de sécurité excessif

Ce n’est pas le seul incident survenu durant la visite de Mike Pence à Jérusalem. Lundi, dans le bureau de Benyamin Netanyahou, une journaliste de la télévision finlandaise a subi un contrôle de sécurité jugé «excessif» et «dégradant» par le Washington Post. Et pour cause, on lui a demandé de retirer son soutien-gorge.

Un refus qui lui a coûté cher: elle a été empêchée d’assister à la conférence de presse avec Mike Pence. L’équipe du premier ministre israélien a finalement présenté ses excuses, affirmant que des efforts avaient été faits pour la traiter avec respect. En 2011, une journaliste d’Al-Jazira avait subi le même sort lors d’un événement officiel.