La scène, courante dans les piscines géantes des grands hôtels de Las Vegas, fait frémir: des centaines de jeunes agglutinés dans l’eau, cocktail à la main ou posés sur des bars flottants, musique à fond. Elle a été filmée samedi, début du long week-end du Memorial Day, par un journaliste d’une chaîne locale dans une réserve d’eau du Missouri, et la vidéo a été vue presque 17 millions de fois ce mardi, les milliers de commentaires oscillant entre critiques, condamnations et un certain amusement. Le gouverneur de l’Etat a immédiatement demandé un auto-confinement des participants. Certes le Missouri connaît très peu de cas, même si les Etats-Unis vont franchir cette semaine le seuil des 100 000 morts dues au Covid-19 (un bilan supérieur à ceux cumulés des guerres de Corée et du Vietnam). Mais elle montre spectaculairement le refus de la prudence, des consignes de distanciation physique, et une certaine fureur de vivre.

Notre éditorial de ce jour: Les ados, les grands oubliés de cette crise

Les jeunes en ont marre, qu’on se le dise! Samedi soir, ils ont pris d’assaut les piazze du nord de l’Italie – à Milan, à Rome, à Bologne… Sans masque, et le sourire aux lèvres. Le Corriere della Sera les a interrogés: leur besoin de sociabilité est plus fort que la peur. «Le virus touche les personnes âgées. Ensuite, j’étais avec des gens que je connaissais et qui ont suivi la quarantaine. Et mes parents vivent à Cagliari, ici je n’ai pas de famille, je ne risque pas de devenir un vecteur de contagion», se justifie un étudiant en sciences politiques. «J’avais mon masque dans la poche, personne ne le portait, je ne voulais pas être différent, explique un lycéen. Nous voulions tous faire bonne impression. Beaucoup d’entre nous nous revoyions pour la première fois et nous nous sommes fait la bise. Et quand on a fait pour prendre un verre dans un bar, nous étions tous ensemble…» A Novosibirsk aussi, en pleine Sibérie, des jeunes ont pris la rue samedi soir – entre 60 et 300, les versions divergent, raconte Globaldomainsnews, un média local –, ils ont eux aussi chanté, bu et dansé. La police a lancé une enquête pour les retrouver.

Faire la fête, jouer au foot, aussi: un peu partout les matchs sauvages montrent la faim de vie d’une partie de la population, qui représente aussi l’avenir de cette population. En Suisse, des matchs ont été organisés à Genève, à Lausanne. En France, à Strasbourg, dans une Alsace très touchée par la crise sanitaire, quelque 400 personnes se sont réunies ce dimanche 24 mai pour un match de football inter-quartiers, après un appel sur Facebook, racontent les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Relire: Le délicat arbitrage des matchs sauvages

«Enseignement à distance plus ou moins performant, stages repoussés, voire supprimés, concours des grandes écoles décalés, petits jobs étudiants envolés, perspectives d’embauche suspendues… La crise du Covid-19 touche de plein fouet les étudiants et les jeunes diplômés. Son impact promet d’être durable, prédit Le Figaro. Les jeunes sont épargnés par le virus, mais frappés par la crise.»

«Le confinement vole sa jeunesse à toute une génération», explique le philosophe belge Pascal Chabot, dans La Libre Belgique, citée ce matin par Courrier international. «A cet âge, c’est dans les yeux des autres que l’on apprend qui l’on est. C’est dans les bras de l’autre que l’on découvre ce que l’on peut, et ce que l’on aime. Parfois, en quelques mois, on se fait des souvenirs pour toute une vie […] Il est inconfortable d’avoir 20 ans au moment où les best-sellers traitent de collapsologie, de pollution des océans au plastique et de burn-out. Les grands-parents, eux, avaient Simone de Beauvoir, le rock’n’roll et la liberté de la pilule, c’était tout de même plus comique […] Cela risque surtout d’engendrer des cyniques, pour qui tout est toujours puissance, sans foi ni loi. Et c’est ce qu’il faut éviter.»

La fureur de vivre au-delà de l’instinct de survie? Comme dans le Missouri, une swim party a récemment été organisée par des lycéens dans l’Arkansas, un Etat sans confinement, raconte CNN. Le gouverneur vient d’annoncer que la fête avait déclenché un nouveau «cluster» de cas. Dur, dur d’avoir la vie devant soi en 2020.