Revue de presse

Les Jeux olympiques de la jeunesse, c’est comme les Jeux olympiques. Mais pour les jeunes (sic)

Entre les «tableaux bon enfant» de la cérémonie d’ouverture des JOJ ce jeudi soir et l’éducation aux «comportements nutritifs tels que la manière de se nourrir», la manifestation sportive séduit quelques médias étrangers

Le site Olympic.org est formel: les 3es Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver (JOJ) ont débuté ce jeudi soir «par une cérémonie d’ouverture inoubliable, étincelante et riche en surprises» à la Vaudoise Aréna, où 8000 spectateurs ont pu admirer sept tableaux mettant naturellement l’accent sur «l’esprit olympique» et sur le thème «Home» («Bienvenue chez vous»), «tous interprétés de manière spectaculaire par des jeunes de la région».

Lire aussi: tous les articles du «Temps» sur les JOJ 2020

Qu’y a-t-on vu? Un paysage de brouillard qui s’évanouit pour laisser place à une scène hivernale de chalets traditionnels et des «esprits» vêtus de blanc accompagnant les athlètes et leurs 79 drapeaux. Avec des tonnerres d’applaudissements et une ovation monumentale pour la Leysenoude Thibe Deseyn, «Rookie de l’année» 2019, pratiquante de ski-alpinisme et porteuse de l’oriflamme helvétique. Durant la soirée, les écrans ont aussi plusieurs fois basculé vers Saint-Moritz, dans les Grisons, où la cérémonie était retransmise en direct et où les 225 athlètes qui y séjournent ont pris part à leur propre défilé.

Des athlètes suisses renommés étaient également là, comme Stéphane Lambiel, champion du monde et médaillé olympique de patinage artistique, virevoltant sur Les Quatre Saisons de Vivaldi exécutées par un orchestre en direct. La cérémonie, retransmise en direct par la RTS et encore visible sur son site, a bien sûr célébré «le sport mais également la culture et les traditions helvétiques, tout en faisant la part belle à l’esprit d’innovation et de création du pays hôte», avec une interprétation de l’hymne national suisse, cor des Alpes et tout le toutim.

Puis Zakea Page a fait son apparition. L’artiste et concepteur néo-zélandais des médailles de Lausanne 2020 a réalisé une peinture avec une crosse de hockey avant qu’une flashmob ne mène les divers danseurs vers la chanson officielle, Start now, entonnée par des jeunes originaires des quatre régions linguistiques de Suisse. La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga – appelée «Sarruga» par le président du CIO, Thomas Bach, qui n’en a apparemment pas beaucoup entendu parler – a ensuite déclaré les Jeux ouverts, et athlètes, juges et entraîneurs ont prononcé leur traditionnel serment.

La vasque olympique a finalement été enflammée par la patineuse sur glace Gina Zehnder (ci-dessous), la plus jeune des 112 membres de la délégation suisse en lice aux JOJ, avant un finale réunissant tout ce joli monde autour de la mascotte Yodli. Rien de bien surprenant, donc, une cérémonie tout à fait classique, que le reporter du Dauphiné libéré a trouvée «assez sobre, mettant bien sûr en évidence quelques traditions helvétiques» et «des tableaux bon enfant» qu’a également commentés Bernard Aeschlimann pour 120 secondes sur RTS-La 1ère:

A cela se sont ajoutées «quelques légendes du sport helvétique comme […] le descendeur mythique Didier Cuche […] ou les skieurs Michela Figini, Sandro Viletta, Erika Hess, Fanny Smith (skicross), mais aussi Kevin Rolland, le médaillé de Sotchi en ski halfpipe, pour rappeler que la France va organiser des épreuves à Prémanon». Et puis au dodo! «A 21h35, il était temps de rentrer au Vortex.» Dès ce vendredi, les athlètes entrent en action avec, notamment, le super-G féminin aux Diablerets à 10h15. «Citius, altius, fortius», que les Jeux commencent donc!

L’Agence France-Presse relève pour sa part qu'«après les chefs de mission arrivés dimanche, les premiers athlètes ont débarqué mardi dans la capitale olympique qui, bizarrerie de l’histoire, héberge certes depuis 1915 le siège du CIO mais n’avait jamais encore accueilli de Jeux estampillés olympiques». De son côté, L’Equipe rappelle que «les Jeux olympiques de la jeunesse, c’est comme les Jeux olympiques. Mais pour les jeunes»…

Derrière cette lapalissade, il faut aussi entendre que l’épreuve consacrée aux sports d’hiver, qui a débuté jeudi soir, est dotée de tous les apparats des JO, mais à une bien moindre échelle

Le quotidien sportif français a pieusement écouté ces «cors des Alpes jouant l’Hymne à la joie, […] un des moments forts de la soirée où, bizarrement, on a attribué une fois de plus à tort à Pierre de Coubertin la maxime «l’important, aux Jeux olympiques, n’est pas de gagner mais de participer». Ce fut une des erreurs de cette cérémonie, avec l’absence d’hommage public au regretté Patrick Baumann, qui avait porté la candidature suisse.»

Lire aussi: Les médias rendent hommage à Patrick Baumann, l’homme qui avait tant d’amis (15.10.2018)

L’agence officielle Chine nouvelle précise assez délicieusement de son côté, dans un entretien que lui a accordé Ian Logan, directeur général du comité d’organisation, que «le concept de Lausanne 2020 pour la protection des athlètes est très innovant. Des écoles et des universités sont engagées, et la préparation d’un concept extraordinaire et innovant sur la santé et la performance est en cours. Ce concept est mis en place afin d’éduquer les athlètes aux comportements nutritifs tels que la manière de se nourrir, ainsi qu’aux comportements sportifs tels que la communication avec les médias sociaux, quelle attitude adopter par rapport au dopage, le respect de l’antidopage.»

Selon Ian Logan, «le concept de transport de Lausanne 2020 est également innovant»: «Il est question de se rendre sur tous les sites au moyen de transports publics. La Suisse ayant un réseau de transports publics dense, on utilisera ainsi des bus et des trains pour rejoindre des sites. On montera même sur les sites avec un train de montagne. Le trajet pourrait être utilisé pour se préparer mentalement, profiter de la vue, et avoir un environnement serein.»

Si la presse internationale a longuement parlé de l’artiste patineuse grièvement blessée lors d’une répétition, les Mômes trotteurs de Radio France se sont aussi arrêtés cette semaine à Lausanne. «Il y a des montées, des descentes, du plat. Il y a un peu de tout à Lausanne. On ne s’ennuie pas!» sourit Zachary en cheminant sur la colline de Saint-François. Et la guide de leur montrer un drapeau 2020 un peu spécial, qui flotte un peu partout… «C’est celui des Jeux olympiques 2020! Ils vont s’organiser à Lausanne!» s’enthousiasment les kids. «Et quel âge ont les enfants qui participent à ces JO?» interroge Héloïse. «Ils ont de 15 à 18 ans.»


Retrouvez toutes nos revues de presse.

Publicité