Les médias états-uniens parlent de «grandes préoccupations»; la presse russe, elle, de «conversation franche». Le nouveau président américain, Joe Biden, a affiché mardi sa fermeté lors de son premier échange, téléphonique, avec son homologue russe, Vladimir Poutine, malgré leur entente en matière de désarmement et les appels de Moscou en faveur d’une «normalisation» entre les deux puissances, selon l’Agence France-Presse:

Il faut dire que les relations américano-russes sont au plus bas depuis la fin de la guerre froide, malgré les tentatives de rapprochement infructueuses de l’ex-président des Etats-Unis Donald Trump. Mais «Joe Biden et Vladimir Poutine se sont parlé au téléphone»: c’est déjà ça, a l’air de sous-entendre Radio France international.