Opinion

Le journalisme doit être soutenu par la loi sur l’encouragement de la culture

OPINION. Le Message concernant l’encouragement de la culture ne prend pas en compte le journalisme, déplore Dominique Diserens, secrétaire centrale Impressum – Les journalistes suisses

Le Message concernant l’encouragement de la culture pour la période de 2021 à 2024 a été mis en consultation cet été et clos à fin septembre. Les résultats de la procédure de consultation sont attendus prochainement. Le Message comporte une lacune de poids, il ne prend pas en compte le journalisme et les journalistes, alors qu’il y a crise chez les médias et urgence d’agir. Les rubriques culturelles des journaux tendent à disparaître, pourtant ce sont elles qui donnent accès le plus large possible à la culture. Le législateur doit intervenir pour les soutenir.

Le journalisme est un bien culturel, selon la définition de la culture de l’Unesco. Journalistes et photographes de presse font de la culture; ce sont des acteurs culturels au sens de la loi sur l’encouragement de la culture; ce sont des auteurs au sens du droit d’auteur; ils donnent accès à la culture, la transmettent au plus grand nombre. Articles et photographies de presse sont des biens culturels.

Rubriques culturelles

Quand on lit la loi sur l’encouragement de la culture, on est frappé par l’adéquation des objectifs de cette loi et du journalisme: renforcement de la cohésion et de la diversité culturelle en Suisse, promotion d’une offre culturelle variée et de qualité; faciliter l’accès de la population à la culture, notamment.

La disparition de journaux, la diminution drastique de la diversité de la presse violent la liberté de la presse, comprenant le pluralisme, lui-même composante de la culture

Les journaux sont un élément important des langues. La Confédération en est consciente, elle qui soutient des journaux dans les régions italophone et grisonne et une fondation pour la région grisonne. Pourquoi ne pas aller plus loin en faveur du journalisme? Les instruments sont là, utilisons-les.

Toujours l’absence de CCT en Suisse alémanique, la réduction des budgets pour les Libres, les licenciements collectifs ou économiques qui se suivent au pas de charge, la disparition de journaux comme L’Hebdo en 2017 et Le Matin en 2018 ou encore le Giornale del Popolo au Tessin, la crise a pris une cadence très forte. Les budgets des rédactions de rubriques culturelles sont menacés si ces rubriques existent toujours. Le tableau est noir. La diversité aussi est mise en danger.

Projet de révision

Le Message reconnaît l’existence de la crise de la presse, mais n’en tire pas la conséquence qu’il y a lieu de tirer: que la loi soutienne le journalisme, le journalisme culturel d’abord mis à mal par cette crise.

Certes l’Ofcom travaille à un projet de révision de lois pour aider le journalisme en ligne, renforcer les aides indirectes existantes et aider le journalisme de qualité. Mais en complément la loi sur l’encouragement de la culture devait aider le journalisme, en particulier les rubriques culturelles des journaux et le journalisme culturel. Suisseculture, organisation faîtière des associations d’artistes en Suisse, a aussi demandé dans la consultation le soutien du journalisme culturel.

La crise actuelle des médias est aiguë. C’est par tous les moyens possibles qu’il faut la contrecarrer. La disparition de journaux, la diminution drastique de la diversité de la presse violent la liberté de la presse, comprenant le pluralisme, lui-même composante de la culture. Ces tendances s’en prennent directement au bon fonctionnement de la démocratie. Le législateur, aussi avec la loi sur l’encouragement de la culture, ne peut rester indifférent.

Lire aussi: Une fondation richement dotée se propose d’aider la presse romande

Publicité