éditorial

La justice légitime la désobéissance civile

EDITORIAL. A la surprise générale, les 12 militants climatiques inculpés pour une manifestation dans les locaux de Credit Suisse ont été acquittés. Un symbole juridique fort dont la portée dépasse les frontières suisses

Acquittement général. A l’issue d’une audience riche en émotion, les 12 manifestants qui avaient occupé une filiale de Credit Suisse en 2018 ont été entièrement disculpés. Accusés de violation de domicile, refus de se conformer aux ordres d’un agent de police et défaut d’autorisation de manifester, leur action a été jugée nécessaire pour atteindre le but recherché: alerter les décideurs sur la crise climatique. C’est un symbole juridique extrêmement fort dont la portée dépassera à coup sûr les frontières suisses.

Lire aussi: Les manifestants pour le climat mettent Credit Suisse à terre

Depuis le début du procès, les accusés le répètent: «L’unique objectif de nos actions est d’informer l’opinion publique sur la situation climatique.» Ils ont réussi au-delà de toute espérance. Déguisés en joueurs de tennis le jour des faits pour interpeller Roger Federer, ambassadeur de la banque, les manifestants ont attiré l’attention du New York Times, de l’idole climatique Greta Thunberg et du principal destinataire: le «maître», qui, sur fond d’incendie autour de l’Open d’Australie, a promis qu’il se servirait de sa position privilégiée pour «engager le dialogue avec ses sponsors». L’annonce a fait le tour du monde.

Lire également: Jugement sur l'occupation de Credit Suisse: l’urgence climatique repousse les contours de l’état de nécessité

Cet écho médiatique impressionnant s’est révélé primordial dans leur acquittement. «Seule la façon de procéder utilisée dans le cas d’espèce» – de la désobéissance civile, suivie d’une condamnation, d’une opposition et d’un procès – pouvait avoir l’impact constaté ces derniers jours, a en effet estimé le président du tribunal. Sans action judiciaire, Roger Federer n’aurait pas pris position. Sans Roger Federer, ils n’auraient peut-être pas été acquittés.

Lire encore: Comment Roger Federer est sorti de son silence

Credit Suisse changera-t-il pour autant ses pratiques? L’avenir le dira. Les manifestants l’ont cependant emporté sur toute la ligne: leur action a suscité la sympathie en Suisse, où 13 ténors du barreau se sont proposés bénévolement pour défendre les accusés. Elle a forcé la personnalité visée à réagir, donnant un écho mondial à leur action. Elle fera jurisprudence, soulignant la nécessité impérative d’agir contre les effets du réchauffement en Suisse. Et elle légitime la poursuite des actions coup-de-poing des manifestants. Ces derniers ont longtemps été considérés comme des agitateurs. La justice est désormais avec eux.

Publicité