Ce sous-titre vous a plu? Vous allez adorer la suite… «Allons Thomas, prenez l’autre bras de monsieur, pour voir si vous saurez porter un bon jugement de son pouls. Quid dicis? Sur la scène du Palais-Royal, où se joue Le Malade imaginaire, le public se gausse de Monsieur Diafoirus, ce médecin, précieux et ridicule, qui abuse de formules latines auquel le peuple ne comprend rien.» Anachronique, cette entrée en matière d’un grand quotidien français? Non, car aujourd’hui il faut bien constater que «les nouveaux Diafoirus» ne parlent certes plus latin, mais franglais. Et «ils travaillent dans des mairies, des universités, des musées, des sites institutionnels ou des entreprises de statut public ou privé». En France, et ailleurs en francophonie…