C’était pourtant charmant Marioupol. Son bord de mer et ses plages de sable. Ses collines et ses pavillons d’un autre temps. Ses places, ses terrasses et ses monuments. Depuis 16 jours, ses 430 000 habitants sont pilonnés par l’armée russe, par terre et par air. Jour et nuit. Depuis une bonne semaine, la ville est encerclée. Ces derniers jours, les rares informations qui filtrent font état d’une population affamée et de cadavres qui s’empilent dans une fosse commune.