Au lendemain du meurtre du citoyen américain George Floyd par le policier de Minneapolis, Derek Chauvin, en mai 2020, le mouvement Black Lives Matter – initié en 2013 dans le contexte de l’assassinat, à Miami, de l’adolescent Trayvon Martin et d’autres épisodes similaires récurrents à l’égard de jeunes Afro-Américains – avait redoublé d’ampleur. Une vague internationale d’indignation avait abouti à la mise en exergue de la question du racisme. A travers le monde, les manifestations spontanées – à Genève, 10 000 personnes avaient marché le 10 juin 2020 – et les initiatives diverses s’étaient multipliées, notamment parmi les jeunes.