Digitale attitude

L’application de navigation Waze agit de manière contre-productive

OPINION. Cherchant un parcours alternatif, elle détourne le trafic automobile juste devant chez vous, dans les zones résidentielles. Le problème est aigu et n’est pas près d’être résolu

Aux Etats-Unis, les municipalités sont confrontées à une augmentation du trafic dans les zones résidentielles, qui est due à la popularité des applications de navigation comme Google Maps ou Waze. Car ces dernières proposent aux automobilistes des itinéraires alternatifs pour leur éviter les grands axes encombrés.

Lire aussi: Grâce à Waze, Maps progresse encore

L’Europe également concernée

Ainsi, à Sherman Oaks, par exemple, un quartier tranquille de Los Angeles situé à l’intersection très fréquentée des autoroutes 405 et 101, les chemins latéraux sont si congestionnés que même les véhicules d’urgence et de la voirie peuvent se trouver bloqués. Et à Leonia dans le New Jersey, la situation est telle qu’aux heures de pointe, les habitants peuvent à peine sortir des allées d’accès à leur domicile. Comme Waze utilise le crowdsourcing – le partage en temps réel de l’état de la circulation – par les automobilistes eux-mêmes, certains d’entre eux se sont mis à signaler des accidents fictifs, afin de détourner la circulation, rapporte le New York Times.

L’Europe ne serait pas épargnée par ce phénomène. Selon un quotidien belge, dans les banlieues aux alentours de Bruxelles et d’Anvers, l’augmentation du nombre de voitures et de poids lourds a fait réagir les bourgmestres, qui ont envoyé une lettre au ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, pour qu’il prenne des mesures. Une des options envisagées serait d’interdire certaines rues aux conducteurs dépourvus de macarons.

Le remodelage algorithmique

Waze, lancée en 2007 et rachetée pour 1 milliard de dollars par Google en 2013, compte plus de 65 millions d’usagers actifs par mois provenant de 185 pays. Plus de 4 millions de bénévoles vérifient et actualisent les cartes. Selon le Financial Times, le succès de cette application découle du remodelage algorithmique de nos routes, qui ne pourra que s’amplifier avec l’avènement des voitures autonomes munies de systèmes de navigation similaires. Et Uber, qui permet de commander un véhicule avec chauffeur depuis son smartphone, a pour sa part déjà multiplié le nombre d’automobiles sur les routes, contribuant à ralentir la circulation de 30% dans des villes comme New York.

Toutes ces applications encouragent au final le recours à la voiture. «On ne remet pas en question le comportement de gens qui pourraient sans doute se déplacer autrement», regrette Xavier Tackoen, expert en urbanisme et mobilité, interrogé par L’Echo belge.


Chronique précédente

Vos amis traquent vos e-mails, le saviez-vous?

Publicité