Le trac de la directrice ou du directeur de théâtre. Mercredi 12 janvier, Jean Liermier connaîtra cette joie et cette inquiétude mélangées, celles de l’écrivain qui lâche sa première phrase et qui sait que la suite dépend d’elle, de sa souplesse, de sa promesse, de sa force d’entraînement. Le Théâtre de Carouge reconstruit ouvrira enfin, compact et agile sur ses pattes comme Le Château ambulant du cinéaste japonais Hayao Miyazaki. Après la Comédie de Genève, le Théâtre du Jura à Delémont, la grande maison carougeoise vivra son baptême de l’air. Car il s’agit toujours d’un envol, quand des artistes étrennent des planches, quand, dans la salle, des essaims d’impatients attendent d’être ravis.