Opinion

Lausanne doit fusionner avec ses communes voisines!

Lausanne doit se réunir avec quatre grandes communes limitrophes pour devenir la deuxième plus grande ville de Suisse après Zurich, propose Patrick Heiz, architecte associé de Made in, à Genève et Zurich

A l’heure du renouvellement de sa municipalité, Lausanne offre un terrain de réflexion qui semble particulièrement emblématique des enjeux urbains qui attendent les villes suisses au cours de prochaines années. La frontière territoriale existante correspond-elle toujours au cadre de vie de ses habitants ou doit-elle être revue pour s’adapter à la réalité?

Bien que soumises à une forte croissance de population et une attractivité renouvelée pour l’habitat urbain, les villes suisses restent provinciales (en population) à l’échelle internationale. Mais toutes, sans exception, offrent un cosmopolitisme inégalé pour leur taille. Un paradoxe étroitement lié au fédéralisme, qui a garanti une répartition équitable des richesses et du pouvoir au cours d’années de pleine croissance. Chacun en Suisse, de Genève à Zurich en passant par Davos ou Montreux – semble avoir obtenu une part du gâteau mondial et peut revendiquer pour une bonne raison d’être bien plus qu’une petite bourgade perdue dans une très belle nature.

Communauté volontaire et optimiste: pour une «Willensstadt»

Les outils administratifs des différents échelons politiques suisses (Confédération-canton-commune) ont garanti le succès de la Willensnation, cette communauté volontaire et optimiste de petites entités qui se regroupent pour être plus fortes ensemble. Ceci malgré leurs différences géographiques, culturelles, linguistiques ou religieuses. Et si les cantons ont longtemps été le point fort de cette union, il semble certain que les villes vont être appelées à jouer un rôle plus important dans le débat politique au niveau national.

En commençant par Lausanne: ne serait-il pas grand temps qu’une Willensstadt voie le jour en Suisse pour rappeler que l’union fait la force? Très concrètement, cette vision est celle d’une fusion des communes qui forment déjà la réalité vécue par tous ses citoyens.

Fusionner, pour changer les perspectives

Capitale d’un canton en pleine croissance, Lausanne est plus que jamais au cœur de l’Arc lémanique. La fusion des communes de l’agglomération lausannoise doit permettre de redéfinir positivement le contour d’un destin commun embrassé par tous ses habitants. Fusionner, pour changer les perspectives.

Les fusions de communes sont généralement pratiquées «par le bas»: de petites communes unissent leur destin pour corriger les problèmes liés au morcellement extrême d’un ancien territoire rural. Elles sont souvent poussées à la fusion par des crises budgétaires ou fonctionnelles, plus par raison que par passion.

Lausanne doit fusionner avec ses voisins «par le haut»: la grande sœur doit convaincre les plus petites de la rejoindre volontairement, par raison et par passion. La nouvelle municipalité – syndic en tête – doit proposer à tous les habitants de son agglomération une vision pour un vivre ensemble optimiste, ouvert et ambitieux. Fusionner en changeant les têtes.

Convaincre au-delà de la zone de confort habituelle

Les communes avoisinantes deviennent de nouveaux quartiers. L’agglomération n’est plus perçue comme un noyau central avec ses satellites mais comme un ensemble composé de plusieurs parties. Les espaces et infrastructures publiques sont développées et utilisées comme un bien commun qui relie les quartiers entre eux. Les habitants partagent clairement le même destin sans renoncer à leur spécificité «locale». Fusionner, c’est questionner les habitudes.

Le nouveau contour entraîne le changement des outils de gestion: les administrations et services doivent se redéfinir, être transformés, optimisés, renforcés. L’innovation est garantie par la remise en questions des habitudes. A commencer par celles du personnel politique qui devra convaincre au-delà de sa zone de confort habituelle.

Chaque citoyen sera ainsi en droit d’attendre des futurs élus des capacités fédératrices et visionnaires pour être à la hauteur des projets de Lausanne. Que j’habite Renens ou Ecublens, Prilly ou Pully – peu importe: je suis Lausannois. Fusionner et changer ses limites.

Lausanne a débordé

Il est grand temps de le reconnaître: Lausanne a débordé au-delà de ses frontières politiques actuelles. Quoi de plus convaincant que la carte des TL, les transports publics lausannois, pour le confirmer? Le réseau en place ne s’arrête pas aux limites municipales, il dessert l’espace de vie de tous les Lausannois.

Assumant l’extension de son territoire communal, Lausanne doit s’appuyer sur les grands projets infrastructurels déjà engagés (m3, extensions des gares, autoroutes périphériques) comme moteur d’une identité en mutation. Affirmer une urbanité «moderne» par la seule densification verticale culminant dans des tours ponctuelles? Lausanne peut mieux faire: renforcer fièrement les atouts paysagers d’une ville étendue face au lac. Un riche tapis urbain dont la densité homogène du tissu offre une très grande qualité de vie. Plutôt que de ne promouvoir la densification maximale et la mixité centralisée comme seul vecteur de progrès: renforcer ses atouts de ville ouverte sur une vaste étendue.

Los Angeles et ses différents villages politiques

A l’exemple de Los Angeles qui a su intégrer différents villages politiques (county) pour concrétiser une idée commune du vivre ensemble, sans que personne ne renonce aux spécificités de son quartier. Et où chacun a su profiter de ses différences pour définir une identité propre (de la colline d’Hollywood aux plages de Venice Beach). Que Lausanne s’assume enfin comme une ville étendue formée de nombreux grands villages: L.A.usanne, District Capital.

En fusionnant avec quatre grandes communes limitrophes (Renens, Prilly, Pully, Ecublens) Lausanne deviendrait déjà la deuxième plus grande ville de Suisse, en population, après Zurich. Sans même parler des autres 61 communes faisant officiellement partie de l’agglomération lausannoise. De nouvelles perspectives dans le débat national où les villes sont appelées à jouer un rôle déterminant dans le développement territorial et démographique des prochaines décennies?

Publicité