Justice

A Lausanne, un rapport médical sur la mort de Mike relance la question des violences policières

L’autopsie du Nigérian de 40 ans, décédé en mars dernier au lendemain d’un contrôle policier, exclut la thèse d’une overdose et évoque des mesures de contrainte disproportionnées

Les circonstances de la mort de Mike Ben Peter, en marge d’un contrôle de police à la gare de Lausanne, se précisent. Selon le rapport d’autopsie que l’avocat de la famille, Me Simon Ntah, a pu consulter, le Nigérian de 40 ans serait décédé des suites d’une arrestation violente et non pas d’une overdose comme l’avaient laissé entendre les agents vaudois. Contrôlé pour «comportement suspect» le 28 février dernier, l’homme se trouvait en possession de cocaïne. Après avoir été brutalement plaqué au sol, il avait été transporté, inconscient, au CHUV où son décès était survenu le lendemain. L’affaire avait suscité un élan de colère au sein de la communauté noire et au-delà, donnant lieu à plusieurs manifestations.

Compte tenu de ces révélations, Me Simon Ntah a demandé au Ministère public vaudois une mise en prévention pour meurtre par dol éventuel des six agents présents lors de l’arrestation de son client. Jusqu’ici, ces derniers étaient sous le coup d’une enquête pénale pour homicide par négligence. «Le constat médical fait état d'importants hématomes au niveau des organes génitaux, précise l’avocat, mais surtout, il exclut catégoriquement la thèse de la cocaïne. Il apparaît clairement que l’arrêt cardiaque a été provoqué par des mesures de contraintes disproportionnées et un stress intense lié à l’interpellation.» Selon le rapport, Mike a été placé en position de «décubitus ventral», face contre terre, mains dans le dos et jambes relevées.

Lire aussi: Les policiers suisses ciblent-ils les Noirs? 

Dans 24 heures, l’avocate d’un des policiers évoque l’état de santé de Mike, précisant qu’il «souffrait de troubles du rythme cardiaque et d’une pathologie cardiaque étonnante pour une personne de cet âge-là». Un argument non pertinent pour Simon Ntah: «S’il n’avait pas été arrêté, Mike ne serait pas décédé.» Pour l’avocat, l’affaire est révélatrice de maux plus profonds: des violences teintées de racisme, de plus en plus récurrentes au sein de la police vaudoise.

Série d'arrestations controversées 

Depuis deux ans, l’institution vaudoise est, il est vrai, sous le feu des critiques. En cause: une série d’arrestations controversées qui ont abouti, pour certaines, à des décès encore inexpliqués. Avant de défiler en hommage à Mike, des centaines de personnes s’étaient mobilisées pour Lamine Fatty, Gambien de 23 ans retrouvé mort dans une cellule de la gendarmerie lausannoise, pour Hervé Mandundu, Congolais de 27 ans décédé lors d’une intervention policière à Bex ou encore pour Claudio, un Capverdien de 31 ans molesté alors qu’il faisait son jogging à la Riponne.

Lire aussi: La mort du requérant gambien en prison met en lumière les failles de la procédure

En situation irrégulière en Suisse, Mike Ben Peter vivait à la Blécherette dans un immeuble occupé par le collectif Jean Dutoit qui défend les migrants sans papiers. Dans un communiqué, le collectif appelle aujourd’hui à «ce que les violences policières et le racisme dans les institutions suisses soient enfin reconnus et combattus».

Migrants plus vulnérables 

Pour Frédéric Maillard, analyste des pratiques policières, les dérives restent minoritaires au sein de l’institution. «Il n’empêche, l’usage de la force sur le terrain est parfois mal maîtrisé», reconnaît-il. A ses yeux pour deux raisons: l’incapacité à lâcher prise lorsqu’une interpellation tourne mal et la difficulté à se remettre en question lorsqu’on a manqué de proportionnalité. «Une minorité d'agents pensent jouer leur carrière sur une arrestation et, parfois, en font trop.» Une attitude qu’il juge plus fréquente au contact de personnes sans papiers. «Certains auront tendance à prendre plus de libertés avec des migrants parce qu’ils les savent vulnérables. D’autres, désabusés par une justice qu’ils jugent trop laxiste, seront tentés d’en découdre par eux-mêmes et ainsi d’usurper un pouvoir judiciaire qu’ils n’ont pas.»

Absence de statistiques 

Alors que les affaires se succèdent dans le canton, le manque de transparence et l’absence de statistiques sur les violences policières exacerbent encore les tensions. Pour Frédéric Maillard, un organe indépendant de recours et de vérification est plus que jamais nécessaire: «Rendre des comptes fait partie intégrante du travail policier et devrait être instaurer pour réduire les crispations.»

Lire aussi: Un rapport fédéral épingle les discriminations envers les Noirs

Publicité