Ancien professeur à l’Université de Lausanne, Fritz Sturm disait volontiers, il y a de nombreuses années déjà, que le principe d’égalité agirait comme un raz de marée et que les enfants en seraient les premières victimes. Et il est vrai que la notion de «famille» est fortement bousculée par la mise à égalité de tous les partenariats d’appartenance sexuelle diverse et par brassage des noms de famille issu de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme. Ce phénomène est d’autant plus étonnant que, dans un monde et une société de plus en plus fragmentés, «la famille» constitue souvent le dernier havre de paix et d’équilibre.

Lire aussi: Face aux mythes et à l’idéologie, il y a d’autres moyens pour financer l’AVS