L’Allemagne s’est enfoncée lundi un peu plus dans la crise politique déclenchée par le scandale de l’alliance avec l’extrême droite de l’AfD en Thuringe, avec le retrait de la dauphine d’Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, dite «AKK». Mais il y a un enjeu plus important encore, avec cette interrogation croissante: la chancelière elle-même pourra-t-elle aller au terme de son mandat, après plus de quatorze ans passés au pouvoir? Les médias sont sceptiques.


Pour aller plus loin:


A commencer par ceux de l’autre bord politique, évidemment. Qui digèrent mal «le séisme politique» provoqué par les liaisons dangereuses de l’Union chrétienne-démocrate «pour faire barrage à la gauche» dans ce land du centre-est de l’Allemagne, écrit Courrier international, en citant la Tageszeitung, le quotidien des féministes, des écologistes et des pacifistes.