Merci pour votre question sur l’écriture inclusive! Je suis pour, tout simplement parce que le masculin n’est pas un neutre, et que le prendre pour tel a des implications qu’on commence à déconstruire dans l’espace public – notamment lorsqu’un média comme le vôtre pose ce genre de question à son audience.

A ce sujet, lire aussi notre article: L’écriture inclusive, mère de toutes les batailles?