Tokyo Selfie

L’éloge de la vieillesse

Notre correspondant à Tokyo ausculte l’actualité dans le miroir du Japon et de ses réseaux

«La plus vieille nageuse du monde». «Le footballeur pro le plus âgé». «Du porno par et pour les seniors». «La doyenne du monde s’éteint». «Le record de l’espérance de vie». Alors que le jeunisme ambiant donne à lire des titres de presse vantant les mérites de la précocité, le Japon est une source intarissable de performances conjuguées au grand âge.

Voyez plutôt: Mieko Nagaoka, 100 ans, vient de nager 1500 mètres en un peu plus d’une heure; Kazuyoshi Miura, 48 ans, a ajouté un but à son palmarès; Yasue Tomita, 61 ans, annonce vouloir faire ses débuts dans le marché du silver porn, allongée en kimono à même le tatami; Misao Okawa s’est éteinte dernièrement à l’âge de 117 ans à Osaka; enfin, avec 86,2 ans en moyenne, les Japonais détiennent le record mondial de la longévité.

Voilà qui tranche avec les nouvelles du reste du monde: 2 ans pour tel apprenti DJ en Afrique du Sud, tout juste 3 pour telle artiste de pole dance au Canada, 22 pour le cadet des venture capitalists, et même pas 30 pour les plus jeunes milliardaires de 2015.

Discours contraires? Oui et non. Car si les critères sont différents, l’injonction à la performance est la même. D’un côté la vitesse, de l’autre la résistance. Ici la compression; là l’élongation. Dans chaque cas, une volonté de maîtriser l’espace et le temps.

Cet éloge japonais de la vieillesse, il faut le lire à la lumière de l’évolution drastique de la pyramide des âges: avec un taux de natalité en berne (1,39 enfant par femme), l’Archipel pourrait voir sa population chuter à 95 millions en 2050 (contre 126,87 millions en 2000). Les plus de 50 ans (et bientôt les plus de 60) forment le nouveau marché clé: les entreprises les ciblent (vêtements, électronique, loisirs, pornographie), et les médias s’adressent à eux. Les aînés, plutôt aisés, sont encouragés à rester actifs, à travailler, à consommer.

Ce silver market, d’abord perçu comme une menace et un poids pour les jeunes générations, peut aussi apporter des opportunités pour stimuler l’emploi et une économie stagnante. Néanmoins, tout comme l’injonction occidentale à la précocité reflète des inégalités toujours plus marquées chez les jeunes, la situation japonaise masque aussi une «bombe à retardement», pour le dire comme Florian Kohlbacher, auteur de The Silver Market Phenomenon. Actuellement, 25,4% des plus de 75 ans vivent sous le seuil de pauvreté au Japon, contre 16,1% en moyenne parmi les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.