Un cataclysme planétaire? Leonardo DiCaprio n’en veut pas. Avec «Before the Flood» (Avant le déluge), celui qui se définit sur Twitter comme «acteur et environnementaliste» signe un plaidoyer pour l’écologie. Et en profite pour peser de tout son poids dans la campagne présidentielle des Etats-Unis. Accessible gratuitement dans 171 pays et en 45 langues depuis le 30 octobre, son documentaire distribué par National Geographic restera en ligne jusqu’au 6 novembre, soit l’avant-veille des élections. Un pied de nez à Donald Trump qui se déclare ouvertement climatosceptique.

Nommé «messager de la paix» par l’ONU, Leonardo DiCaprio joue pleinement de sa notoriété pour influencer les élections. Et, sur Twitter, il s’en cache à peine. «Informez-vous #avantdevoter. Obtenez un visionnage de #BeforeTheFlood dans votre université», encourage-t-il. De l’Indonésie au pôle Nord, le documentaire coproduit par Martin Scorsese souligne l’urgence d’agir contre le réchauffement climatique. En guise d’acteurs, des personnalités renommées: Barack Obama, Bill Clinton, Ban Ki-moon, John Kerry et le pape François, entre autres. Autant de voix pour contrer celui qui, lors de la cérémonie d’investiture républicaine, a promis d’annuler l’Accord de Paris sur le climat, l’accusant de «tuer l’emploi et le commerce».

«L’écologie racontée par Leo ça donne envie»

Les internautes s’avèrent plutôt réceptifs à la question posée en préambule: «Jusqu’où sommes-nous allés dans la destruction de la planète et pouvons-nous encore inverser la tendance?» Parce que «oui, l’écologie racontée par Leo ça donne envie». L’actrice indienne Dia Mirza en est persuadée: «Chaque gouvernement, corporation, industrie et être humain vivant dans une société urbaine doit voir le documentaire maintenant.»

«Ce film est une vraie claque!» s’enthousiasme @manonlecor. «Votre aspiration est ce dont nous avons besoin, salue encore @vilmathien1. J’espère que nous pourrons aider à sauver le monde pour les générations à venir.» Malgré tout, certains usagers restent peu convaincus par un messager «hypocrite». «Le changement climatique est un mensonge orchestré par l’élite pour détruire les travailleurs, lâche @IdahoSzabadsag. Pourquoi ne partez-vous pas quelque part avec votre jet privé?»

Enjeu citoyen

Outre le manque de volonté politique, Leonardo DiCaprio, qui a voyagé durant deux ans pour interroger des personnalités écologistes et scientifiques, épingle les multinationales ou encore les lobbies, notamment pétroliers, qui font passer leurs intérêts avant ceux de l’environnement. Diffusé à grande échelle, le film vise également un objectif pédagogique en remettant en question le mode de vie à l’occidentale et la surconsommation de viande. Au grand bonheur des véganes. «#BeforeTheFlood montre qu’être végétarien en 2016 c’est le minimum syndical», ironise l’antispéciste @CamilleBrunel.

Comme le film «Demain» et son effet prise de conscience, «Avant le déluge» fait de la cause environnementale un enjeu citoyen majeur. Et, de l’élection à venir, un rendez-vous avec l’avenir de la planète. Pour que chaque vote compte: référence indirecte au serment mythique qui scella le destin titanesque de Jack et Rose qu’un internaute ressort pour l’occasion.

Certes, ce film n’est pas la première démonstration de force de l’acteur devenue une véritable icône écolo. Sa fondation investit par exemple 30 millions de dollars pour protéger la biodiversité. Mais cette dernière opération, au-delà de son envergure, arrive à un moment déterminant de l’agenda politique américain. Espérons que ça ne soit pas trop tard.


Sur le même sujet: