Cinéma

L’épisode 8 de «Star Wars» sonne le glas du manichéisme

Si le bien et le mal ne sont plus vraiment distincts dans le nouvel épisode de la saga, l’avis du public est, lui, plus radical concernant «Les Derniers Jedi»

N’en déplaise aux aficionados, il semblerait que tout ait été dit au sujet de «Star Wars». Mais pourtant, las de voir défiler depuis des semaines des commentaires au superlatif laissant penser que le monde cessera de tourner le jour de la sortie du huitième épisode de la saga interplanétaire, un article est tout de même parvenu à retenir notre attention.

La nouvelle vient de L’Obs qui, sous le titre «Star Wars. Les Derniers Jedi: la mort d’un mythe», annonce: «Le nouveau film Les Derniers Jedi en finit avec la vision manichéenne de la saga galactique, pour dessiner un monde plus… gris.» L’acteur John Boyega campant le rôle de Finn l’avait, lui aussi, annoncé: «La séparation du bien et du mal est chamboulée.»

Lire aussi: «Star Wars: Les Derniers Jedi»: comme un coup de mou dans la Force

La fin d’un équilibre

Tout s’effondre, donc. Car pour certains, «Star Wars», par la force des symboles, illustrait à merveille l’éternel équilibre auquel l’homme est confronté au cours de sa vie. «Darth Vader était un gentil, mais il s’est fait avoir par ses pensées négatives et a sombré du côté obscur. En gros, pour aller vers le bien, il ne faut pas succomber au confort de l’expression de ses sentiments», explique un internaute. Puiser au-delà de ses sens, il fallait. Jusqu’à ce qu’apparaisse ce 8e épisode.

Le Jedi gris, incarnation du trouble entre le bien et le mal, c’est Rey (Daisy Ridley). Entre le côté lumineux et le côté obscur de la Force, elle hésite, ce qui déçoit son maître Luke Skywalker, qui a choisi son camp. Et c’est justement dans le doute qu’elle semble trouver l’équilibre. Le spectateur, fort de cette nouvelle, se doit donc de prendre du recul. Qu’est-ce que cela implique?

Un choix qui déplaît

Le choix du milieu décidé par le réalisateur Rian Johnson clive littéralement le public. Parmi ceux qui ont déjà vu Les Derniers Jedi, les avis sont soit noirs, soit blancs. On adore ou l’on déteste. Seul le maître, George Lucas, qui avait lancé la saga en 1977, reste laconique. Selon ses mots reportés par The Hollywood Reporter, le film serait «très bien fait». On sent le malaise. Une chose est sûre, les 4 milliards de dollars pour lesquels le réalisateur a vendu la franchise à Disney ne suffisent pas à combler sa frustration. Dans une interview donnée à CBS et relayée par Le Point en 2015, il déplorait déjà le choix scénaristique de la compagnie: «C’est une histoire de générations, un soap opera familial. Il s’agit de problèmes familiaux, pas de navettes spatiales.»

Lire aussi:  «Star Wars VIII»: et voici rouverts les grands livres de la philosophie Jedi

Seulement voilà, ce sont justement les scènes de guerre «spectaculaires et impressionnantes» qui excitent certains critiques. «Enfin un vrai film de guerre!» exulte Première:«Plus de Wars moins de Star.» Sur Facebook, un internaute ajoute: «Des scènes d’action époustouflantes. On va de rebondissements en rebondissements, le film ne cesse de nous étonner. Vraiment un des meilleurs «Star Wars» avec La Revanche des Sith et L’Empire contre-attaque.» A peu de chose près, tous les commentateurs enthousiastes partagent son avis.

Le force destructive de Disney

De l’autre côté, il y a les détracteurs obscurs. «La saga perd des étoiles», titre Culturebox sur Franceinfo, qui déplore le manque de charisme des rôles originaux. Et à un internaute de faire le constat: «Star Wars» est mort. L’intrigue, la force, le passé des personnages, Disney s’en cogne.» Pour @Dieumerci, «Star Wars 8 est une insulte», ni plus, ni moins. Un autre commentateur ajoute: «Star Wars» est devenue trop commercial, vraiment nul, je me suis ennuyé. La magie de papa Lucas, Disney l’a détruite.»

Disney avait-il vraiment le choix? C’est ce que demandent certains internautes. «Tuer le manichéisme du scénario est un bien nécessaire pour éviter une probable copie de L’Empire contre attaque», commente l’un d’eux. Mais force est de constater: la morale indéfinie de l’épisode 8 divise nettement le public. Et si l’on en croit @DiazSebastien sur Twitter, elle scinderait même les continents en deux: «Au Québec, les critiques n’ont pas aimé. Aux Etats-Unis ils disent plutôt que c’est le meilleur «Star Wars» depuis The Empire Strikes Back… Gros clash.»

Publicité