Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le 20 juin 2009, des milliers de personnes avaient organisé une marche pour la paix et la fin du terrorisme dans les rues de Bilbao.
© A. Arrizurieta/AFP

Revue de presse

L’ETA dissoute, les blessures du Pays basque ne sont pas encore cicatrisées

Le débat est encore vif en Espagne et en France sur les méfaits de l’organisation terroriste qui s’est officiellement sabordée jeudi à Genève. Le pardon est loin d’être acquis, selon les médias

«Agur, ETA» («Salut, ETA»), ose le journal catalan El Periódico de Catalunya, qui rappelle l’avertissement du gouvernement: «Il n’y aura pas d’impunité.» Officiellement dissoute jeudi à Genève, l’Euskadi Ta Askatasuna – plus connue sous son acronyme ETA, l’organisation armée basque indépendantiste d’inspiration marxiste (révolutionnaire) active du 31 juillet 1959 au 2 mai 2018 – achève donc ce vendredi son processus de dissolution lors d’une «conférence» aux allures de cérémonie d’adieu à Cambo-les-Bains, dans le sud-ouest de la France, où des personnalités internationales viendront se porter garantes de la bonne foi de feu l’organisation indépendantiste basque.


Lire aussi sur l’ETA et le Pays basque:


Ce qui ne veut pas dire que le débat est clos. Car pour l’écrivain et journaliste Sergio del Molino, du quotidien numérique madrilène Ctxt.es (Contexto y acción) – cité par Courrier international – l’ETA «était déjà morte» et «elle aurait mieux fait de s’épargner ses communiqués interminables et de seulement disparaître en silence». Pour lui qui a «passé la semaine à écouter et lire des réactions […], y compris les plus intelligentes et les plus perspicaces, [elles] ressemblent à la liturgie de la messe, aux tables de multiplication, à la monotonie de la pluie qui bat les vitres. […] Qu’ils demandent pardon. Qu’ils admettent les torts causés. Et alors? Qui se soucie encore de ce repentir ou de cette confession à l’heure actuelle? Qui diable fait ces excuses? Une demi-douzaine de mecs qui ne suffisent même pas à constituer une bande de gros durs.»

D’ailleurs, sont-ce là vraiment des excuses? N’est-ce pas «trop mou», tout ce cirque? En avril, au moment de l’annonce de sa dissolution, l’ETA avait prononcé «un pardon insuffisant», selon El País. Largement insuffisant, même, pour l’organisation «créée en 1959 pour lutter contre le régime franquiste et qui s’est transformée dans les années 1960 en groupe armé revendiquant l’indépendance du Pays basque». On connaît son bilan: «853 morts, sans compter des centaines d’enlèvements et la violence urbaine», des centaines de mutilés et de nombreuses extorsions de fonds. «Patrons, artisans et entrepreneurs de la région ont été dans la ligne de mire […] durant des dizaines d’années, rappellent Les Echos, soumis au racket et aux menaces d’enlèvement. La mémoire des années de plomb reste vive.»

En avril, le communiqué «aux citoyens et citoyennes qui n’ont aucune responsabilité dans le conflit» avait été vécu «comme un affront par les associations de victimes, les partis politiques ou les familles de militaires ou de policiers tués dans des attentats». Le groupe faisait donc «une distinction entre les victimes qu’elle considère étrangères au conflit et les autres», commentait le quotidien madrilène, pour lequel «en dépit de ce pardon, l’ETA ne se [remettait] pas en cause sur cinq décennies de terreur qui n’ont servi à rien». Ce qui n’empêche pas certains de vouloir continuer la lutte:

Et la presse basque elle-même? «Outre-Pyrénées, les journaux consacrent tous leur une au sujet», contrairement à la presse généraliste espagnole qui «a tendance à reléguer la nouvelle au second plan». Pour les Noticias de Gipuzkoa, à Saint-Sébastien, l’ETA «s’éclipse relativement discrètement», offrant néanmoins une trop belle occasion aux internautes de se déchaîner, pour ou contre «les tueurs» et «les bourreaux», et qui rappellent au passage les méfaits du franquisme:

«Une fin symbolique qui ne console pas les victimes», titre également Le Monde, qui écrit que selon le Colectivo de víctimas del terrorismo en el País vasco (Covite), la dissolution de ce vendredi à Cambo-les-Bains constitue «une campagne de propagande pour les héritiers politiques» de l’ETA; un «finale spectaculaire», selon les termes de Libération. D’ailleurs, «ni le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy ni le gouvernement basque, présidé par le lehendakari (président basque) Iñigo Urkullu, du Parti nationaliste basque (PNV, modéré), n’y ont […] envoyé de délégation, afin d’éviter de cautionner la mise en scène». Pour ce dernier, «tout cela n’aurait jamais dû exister», dit-il dans Sud-Ouest.

Et maintenant? Jean-Pierre Massias, professeur de droit à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, a donné quelques clés pour l’avenir du Pays basque au quotidien La Montagne. «On part du principe, dit-il, que les conséquences nées de la violence doivent être traitées dans des politiques de mémoire et éventuellement de réconciliation», puisque «le gouvernement espagnol considère qu’on n’est pas en situation de conflit mais face au terrorisme et que l’Etat de droit a gagné». Cette mémoire «va devenir un enjeu extrêmement important car, pour l’instant, il y a cohabitation entre deux mémoires, deux mondes qui ne se reconnaissent pas».

«La logique», poursuit-il, c’est donc qu’à un certain moment se mette en place une amnistie: «Le conflit basque est l’incarnation de deux grandes contradictions de l’histoire espagnole. Il est d’abord la contradiction du pardon et de l’amnistie des franquistes. ETA naît à l’époque du franquisme et le combat, c’est ce qui va lui donner une partie de sa légitimité. Et la deuxième contradiction, c’est le statut territorial du Pays basque et de l’Espagne en général. Est-ce que la démocratie espagnole s’est comportée comme une démocratie?»

La réponse n’est pas évidente, le débat existe aussi en Catalogne. Alors «il faudra bien un jour, toujours selon le professeur de Pau, que le gouvernement de Madrid reconnaisse la situation… Il faudra bien. Mais on n’a pas encore trouvé l’homme politique madrilène» qui serait un «de Gaulle espagnol», «capable d’aller vers une politique qui n’était pas la sienne»…

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)