Mais qu’est-ce qu’Ils Te font encore, Ma Prévôté? Comment osent-Ils? Tant d’irrespect. Irresponsables!

Lorsque les moines de Luxeuil fondent le monastère de Moutier-Grandval, il y a presque 1500 ans, l’économie du métal fleurit depuis des siècles dans le flanc de Tes montagnes. Déjà, Tu es un centre d’innovation. Les moines T’offrent la gloire de la science et de l’esprit. La Bible de Moutier-Grandval est un témoin précieux de cet âge d’or. Elle orne bêtement un coffre de la British Library.

Il y a des heures sombres, du déclin, il y a une alliance avec Berne en 1489. Pour Te protéger ou T’occuper? Les avis divergent selon les camps. La bataille des narratifs nourrit toutes les discordes, c’est universel et intemporel. Qu’importe: l’essentiel, c’est que les soudards suédois qui ravagent les campagnes pendant les guerres de religion restent au Nord. Tu es préservée.

Ces mêmes guerres T’enrichissent de migrants. Les Huguenots, les plus fameux, qui T’apportent le savoir-faire horloger. Bien avant eux, les Mennonites, d’autres réfugiés politico-religieux. Ceux-là fuient les persécutions de leurs congénères réformés de Berne et sont accueillis par l’Evêque catholique de Bâle chassé du Rhin à Porrentruy. Coup de maître. Contraints de s’établir au sommet de Tes montagnes, ils y développent l’élevage et l’industrie du bois. Tu prospères.

La révolte autonomiste

La seule vraie invasion que Tu aies connue, c’est celle des troupes napoléoniennes. Là, même les armées bernoises ne peuvent pas Te protéger. Tes jeunes fuient la conscription et se cachent dans les grottes du coin. Le flanc de Tes montagnes, encore. Il y en a une qu’on peut visiter: le Trou des Français, où les patronymes des familles bourgeoises sont gravés à jamais.

C’est alors qu’Ils Te font un coup tordu. Deux cents ans après, Tu peines toujours à le digérer, Ma Prévôté riche d’indépendance et de tolérance. Les Puissances obligent l’Etat de Berne à T’annexer. Il ne veut pas de Toi. On ne Te demande pas Ton avis ni le sien. Les Empires se soucient-ils jamais des petits?

Vont-Ils T’imposer un nouveau vote, une nouvelle campagne, de nouveaux accès de fièvre? Pas sûr que Tu le souhaites

Tu ne T’insurges pas trop, pourtant. Tu ne connais pas les troubles du XIXe siècle qui touchent Tes sœurs catholiques du Nord. Toi, Tu forges et Tu révolutionnes l’industrie. Une seconde ère de gloire s’ouvre en 1880 lorsqu’un immigré bernois, Junker, installe au flanc de Tes montagnes ses tours automatiques à poupée mobile. Jolie métaphore. Le savoir-faire métallurgique ancestral. Les décolleteurs sont Tes nouveaux aristocrates, Vulcain reste Ton Dieu. Les peuples du monde affluent vers Toi. Ils T’offrent leur travail, Ton industrie leur donne l’aisance.

Coup de tonnerre en 1947. Le Grand Conseil bernois refuse les travaux publics à un Jurassien. C’est chez Toi que s’organise la révolte autonomiste face à l’humiliation. Trente ans de combat pendant les trente glorieuses. Déchirée, violentée, Tu tranches en 1975 pour le drapeau bernois. Pas fini. La mort d’un jeune force le retour aux palabres en 1994. Ils durent vingt ans. Et Te revoilà à devoir décider de Ton identité cantonale.

Des honneurs salissants

Juin 2017. Tu choisis le Jura. Tes jeunes ont mené une campagne joyeuse. L’héritière Junker, la Tornos, va bien. Les PME prospèrent. Les décolleteurs sont contents. Tu as raison d’en être fière. De nouveaux horizons s’ouvrent. Le futur change de drapeau? Et alors?

Et alors, une préfète décide que non. Irresponsable? Revancharde? Manipulée? Les soupçons T’assombrissent. L’incertitude Te taraude. Les bruits grinçants des années 70 éraillent les oreilles de ceux qui s’en souviennent. «Injustice.» «Continuons le combat.» Forêts de drapeaux. Mais dis-Leur donc: «Plus les pavés dans les vitrines. Plus les grenadiers bernois.» Et dis-Leur aussi: «Réglez ça en vitesse. N’importe quel juge, même bernois, verra en douze secondes que la décision de la préfète ne vaut rien.»

Vont-Ils T’imposer un nouveau vote, une nouvelle campagne, de nouveaux accès de fièvre? Pas sûr que Tu le souhaites. Oui, ça Te flatte qu’Ils aient présagé les combats identitaires du XXIe siècle. Les médias, même lémaniques, aiment. Est-ce un motif de fierté? Toi, Tu sais que ces honneurs sont salissants. Alors, face à Leurs cris du cœur, cœur de Jura ou cœur de Berne, Toi, Tu Leur lances cette injonction jaillissant du fond de Tes âges: «Moi, la Prévôté de Moutier-Grandval, ça fait quinze siècles que J’invente l’avenir du monde au flanc de Mes montagnes. Respectez Mon héritage! Soyez guidés par cette fierté-là! C’est Mon identité.»

Tel-Aviv, novembre 2018


Pour approfondir le sujet: