S’il a perdu son pari français – vaincre Marine Le Pen – Emmanuel Macron a bel et bien gagné son pari européen. Malgré le renforcement des eurosceptiques sorti des urnes des législatives européennes, le camp des centristes emmené par le président français est aujourd’hui en mesure de dicter l’agenda. Voici pourquoi.

La progression des souverainistes va se traduire par l’affirmation d’un cordon sanitaire composé des forces pro-européennes, largement majoritaires. Majoritaires, mais fragmentées. Les deux grandes forces politiques qui dominaient l’hémicycle européen depuis 1979, les sociaux-démocrates et la démocratie-chrétienne étant en chute, à l’image de ce qui se produit dans la plupart des scrutins nationaux, le temps des grandes coalitions entre le centre gauche et le centre droit est révolu. Les partis qui émergent sont les Verts et les Libéraux. Tous deux peuvent se prévaloir du rôle de «faiseurs de roi» de l’Europe.