Le 13 février scellera le sort d’un texte, le 4e au niveau fédéral, concernant 500 000 victimes annuelles – la méthode dite des 3R se heurtant à un «taux plancher» depuis 1995 –, et plus du double si l’on totalise les naissances dans les animaleries et les importations, créatures qualifiées d’«excédentaires» et échappant aux statistiques effectives. Controversée depuis l’Antiquité, l’expérience sur les animaux questionne la prétendue supériorité de la vie humaine. Peut-on voir dans le non quasi unanime du parlement sur un sujet pourtant complexe l’expression historique de la défense des privilèges du genre Homo?