Télévision

L’hagiographie de Sophie Marceau sur la chaîne C8 séduit Twitter

Le documentaire diffusé mercredi soir confirme que l’adolescente de «La Boum», devenue grande, est toujours l’actrice préférée des Français

Les quadragénaires d’aujourd’hui ont grandi avec Sophie Marceau. Adulée des foules, elle était à l’honneur ce mercredi 11 janvier sur la chaîne C8 avec le documentaire La Folle Histoire de Sophie Marceau (visible en replay ici). «A l’honneur» est un euphémisme. C’est à une véritable hagiographie, sans guère de distance critique, que le film de Fabrice Allouche – spécialiste dans la réalisation et la postproduction de téléréalités – s’est livré. Avec des images qui retracent toute sa carrière, de ses débuts à l’adolescence, jusqu’à aujourd’hui.

Le tout savamment sublimé d’archives, oui, mais surtout de témoignages unanimes de personnes et de stars qui l’ont côtoyée: Monica Bellucci, Francis Huster, Dany Boon, Yvan Attal ou encore Michel Drucker, tous, absolument tous sans exception, sont tombés sous le charme de celle dont Alain Souchon vanta la poitrine dans «Au ras des pâquerettes» en 1999:

En phase, d’ailleurs, avec bon nombre de Français, qui la désignent régulièrement comme leur actrice préférée. Malgré le franc-parler que la petite famille du cinéma français ne lui a pas toujours pardonné, mais que le public apprécie, à en croire le compte Twitter de ses fans, @SophieMarceauFR.

Dany Boon, par exemple, réalisateur et acteur de Bienvenue chez les Ch’tis, avoue avoir totalement craqué un jour de décembre 1980, devant La Boum, de Claude Pinoteau. Depuis ce film, d’ailleurs, qui a propulsé une adolescente alors totalement anonyme sous les feux des projecteurs vers une célébrité qu’on dira phénoménale, l’actrice née en 1966 a mené une carrière dont tous les critiques s’accordent à dire qu’elle est en dents de scie. Mais elle a beaucoup séduit aussi en tant que people, forte d’une vie sentimentale mouvementée.

Flatteur à outrance

Si l’on excepte son virage à 180 degrés dans le cinéma d’auteur avec son futur compagnon, Andrzej Zulawski (disparu en 2016), avec qui elle a notamment tourné Mes Nuits sont plus belles que vos jours en 1989, le croquis brossé dans cette Folle Histoire était flatteur à outrance, sans la moindre aspérité, dans une avalanche de superlatifs enamourés.

Twitter n’est pas en reste, à lire la revue qu’en a faite après la diffusion la chaîne LCI:

On y ajoutera celui-ci (mais il est logique, puisque son auteur est programmateur sur C8 et CStar):

Une question demeure, cependant: faut-il se plaindre que «la plus belle femme du monde» ne passe (presque) pas tous les soirs à la télé, quand même?

Publicité