Le climat ne cesse de se tendre en Suisse. Les opposants aux mesures sanitaires multiplient les rassemblements. Les manifestations se durcissent, comme jeudi soir à proximité du Palais fédéral. Les débordements ont été tels que des barrières imposantes protègent dorénavant le siège du parlement. Choquant.

La situation devient préoccupante. Les responsables politiques devraient s’unir urgemment, comme au début de la crise. Au contraire, certains soufflent sur les braises, comme Ueli Maurer en portant le pull des sonneurs de cloches présents dans toutes ces mobilisations.

A lire aussi: Ueli Maurer s’affiche avec le pull des opposants aux mesures covid

Le ministre UDC peut bien sûr avoir des positions différentes de ses collègues, mais il doit absolument éviter toute provocation. Dans une interview au Temps, Christian Levrat en appelle «à la responsabilité des cadres politiques qui devrait être de convaincre la population de se faire vacciner, de participer à une désescalade verbale et d’amener de la sérénité». L’ancien président du Parti socialiste a parfaitement raison. Malheureusement, son discours rassembleur n’est pas entendu partout.

Nouvelles attaques de l’UDC

Ne soyons pas dupes, ce n’est pas un hasard si, en pleines tensions, la Weltwoche – l’hebdomadaire du ténor UDC Roger Köppel – publie un nouvel article sur l’affaire de chantage contre Alain Berset. Un article qui n’est pas rédigé par un journaliste, mais par l’ancien conseiller national UDC Christoph Mörgeli, habitué des attaques personnelles.

Cette affaire qui concerne la vie privée du conseiller fédéral suit son cours normal. Le Ministère public de la Confédération a nommé vendredi un procureur extraordinaire chargé d’enquêter, sous sa surveillance. Les organes de contrôle remplissent donc parfaitement leur rôle. Mais ces derniers rebondissements ont forcément des conséquences sur le mental du ministre de la Santé. Au pire moment, alors qu’il doit se concentrer sur la priorité absolue: la gestion de la pandémie.

A lire également: L’affaire de la tentative de chantage contre Alain Berset ressurgit

etAlain Berset: dernier tango à Zurich

Face à la colère d’une minorité, il ne faut pas céder à la panique. Ne pas l’ignorer non plus. Certaines préoccupations doivent être prises en compte. Comme celles des jeunes qui ne sont pas encore vaccinés et qui s’inquiètent de devoir payer des tests. Cette gratuité devrait être prolongée de quelques semaines, le temps d’obtenir les deux doses. Malheureusement, le gouvernement tergiverse. Alain Berset a reconnu que la question n’était pas close, toutefois il n’est, pour l’heure, pas revenu en arrière. Dommage, une telle prolongation aurait été un signal fort en vue de la désescalade.

Lire enfinUn formulaire ou un test pour entrer en Suisse