Revue de presse

L’hommage aux 13 morts pour la France ne devra pas éluder le débat

Aux Invalides, la République a honoré ce lundi la mémoire des militaires français tués la semaine dernière au Mali. Le temps du deuil passé, il faudra se reposer la question de la pertinence de la force Barkhane contre les groupes terroristes au Sahel, plaident les médias

Le président Emmanuel Macron s’est incliné lundi devant «le sacrifice» des 13 soldats morts «pour la France» et «les peuples du Sahel» la semaine dernière au Mali, lors d’un hommage national solennel et glacial dans la cour des Invalides à Paris. Dans une atmosphère très lourde, le chef de l’Etat a salué «13 destins français», devant quelque 2500 personnes, dont les familles des victimes et de nombreux responsables politiques. Militaires, anciens combattants, anonymes… des milliers de personnes se sont d’abord réunies pour voir passer le cortège sur le pont Alexandre-III, avant qu’il pénètre dans l’enceinte qui accueille depuis le XVIIe siècle vétérans et blessés de guerre.

«Les copains de l’école des sous-officiers, les compagnies du régiment […] arrivent en groupes rapides, on avait dit qu’il y aurait 600 places, on est venu bien plus nombreux, vous vous doutez bien que les chefs n’ont pu dire non, raconte Le Monde. Des képis de toutes couleurs se serrent sous les arcades […]. Ce lundi 2 décembre, assez froid pour vider les visages de leur sang et faire claquer les dents, c’est l’armée de terre qui fait bloc pour l’hommage national […]. «On en connaissait tous un parmi eux.» Pilotes d’hélicoptère ou soldats des troupes de montagne, «c’étaient des premiers de promo». Ou simplement «des amis.»