Editorial

Libérer le savoir scientifique

L’édition scientifique mérite une mise à jour: il est temps qu'apparaissent de nouveaux modèles privilégiant l’accès à tous aux fruits de la recherche

[En partenariat avec Le Monde] Toute cette semaine, Le Temps vous emmène dans les coulisses de  la science qui se fabrique, découvrir les cinq plaies de la recherche actuelle.

Le monde de la recherche ne tourne plus rond. Un seul critère prévaut aujourd’hui pour évaluer le travail des scientifiques: le nombre d’études qu’ils publient dans des revues spécialisées. Un système exténuant qui incite à privilégier la quantité sur la qualité. Plus de 2,5 millions d’articles scientifiques paraissent chaque année. En cette semaine de rentrée universitaire, nous avons décidé de vous dévoiler les travers de la publication scientifique – mais aussi les pistes envisagées pour la réformer – à travers une série de cinq articles.

Rendre l'accès aux publications scientifiques moins onéreux

Un des aspects les plus frustrants du système actuel? Le savoir scientifique demeure largement inaccessible. Les éditeurs spécialisés monnayent la lecture de leurs revues au travers de coûteux abonnements, auxquels seules les universités ont les moyens de souscrire. Les autres membres de la société – enseignants, créateurs de start-up, journalistes, etc. – en sont privés. Un comble, quand on considère que la vaste majorité de la science est produite grâce à l’argent du contribuable.

Et si, enfin, on libérait la publication scientifique? Cela fait près de vingt ans que des solutions d’édition scientifique en accès ouvert existent. Elles permettent aux chercheurs de divulguer leurs résultats en ligne, de manière à ce qu’ils soient consultables par tous. Les revues en accès libre, dont certaines bénéficient désormais d’une large reconnaissance, accélèrent la diffusion de la science et pourraient la rendre moins coûteuse.

Lire aussi: Quand les éditeurs confisquent la science

Un certain conservatisme du milieu scientifique, couplé à la mainmise de grands éditeurs peu désireux de renoncer à leur modèle, explique sans doute que le développement de l’accès libre ait tardé. En 2017 encore, seule une minorité des études est publiée en open access. Mais les bailleurs de fonds de la recherche européens semblent bien décidés à accélérer le mouvement: ils sont de plus en plus nombreux à exiger que les fruits de la recherche publique soient consultables par tous.

Plusieurs solutions à envisager

On ne peut qu’encourager cette évolution. La situation de monopole des éditeurs traditionnels dessert la recherche. Ceux qui la produisent tout comme ceux qui s’y intéressent auraient intérêt à bénéficier d'un système plus ouvert. Et si les revues en accès libre offrent une partie de la solution, d’autres proposent d’ores et déjà de voir plus loin.

Des serveurs de prépublication comme arXiv (en physique) et bioRxiv (en biologie) permettent de rendre publics des travaux bruts, avant de les publier dans des revues classiques. Le site PubPeer propose, quant à lui, aux scientifiques de commenter et évaluer des études déjà parues, inversant le processus de l’édition traditionnelle où l’article est amendé avant d’être publié. Et si, enfin, on réinventait la publication scientifique?

Publicité