Éditorial

Que le libre marché (et la BNS) nous protège

Alors que ses grands partenaires économiques ne cessent d’ajouter des couches protectionnistes à leur économie, la Suisse campe et vante sa position d’ouverture au monde

Ça y est, l’Allemagne enfonce le clou. Vendredi, le ministre de l’Economie a détaillé comment il entend mieux protéger ses fleurons industriels et ses secteurs stratégiques des investisseurs étrangers. Les mesures annoncées consistent en une extension d’un dispositif anti-rachats déjà existant.

Lire aussi l'article lié: L’Allemagne tient à sa «souveraineté technologique»