Depuis quelques jours, nombreux sont ceux qui décryptent les dégâts économiques que l’épidémie du nouveau coronavirus pourrait produire. Le menu inclut un ralentissement global de l’activité, une chute des cours boursiers, une baisse du prix du pétrole et bien d’autres mauvaises nouvelles. A vrai dire, on n’en sait rien. Pour commencer, on ne sait pas ce que sera l’épidémie. Son rythme explosif est angoissant et évoque les grandes catastrophes historiques comme la peste noire du XIVe siècle ou la grippe du début du siècle dernier. Dans ce cas, bien sûr, toutes ces prédictions apparaîtront après coup comme très optimistes.

Lire aussi: La Chine du coronavirus n’est plus la Chine du SRAS