Après le RBI et la monnaie pleine, voici une nouvelle initiative qui projette modestement de révolutionner le monde par une machinerie fiscalo-financière: la micro-taxe sur les transactions. Le projet est alléchant. On liquide la TVA, l’impôt fédéral direct et le droit de timbre. Et on les remplace par une toute petite taxe indolore et incolore de 1‰, prélevée sur chaque transaction, du banal retrait aux virements internationaux entre multinationales. On encaisserait une centaine de milliards et des brouettes par année. Facile, quoi.

Au lieu de se siphonner 20% de nos revenus par le méchant impôt, on pourrait faire bouillir la marmite fédérale en acquittant des clopinettes moins élevées que les frais bancaires. Un vrai «Black Friday» fiscal. C’est ma foi un coup à la David Copperfield. On fait disparaître les impôts comme il a caché la Statue de la liberté: elle était toujours là, même si on ne la voyait plus.

Aucune réponse

Peu importe que l’impôt soit prélevé d’un coup ou par d’infimes pourcentages: le résultat est le même. Et l’on ferait mieux de se demander qui va payer l’impôt. Car la micro-taxe ne fournit malheureusement aucune réponse à cette question.

Notre système fiscal n’est pas exempt de défauts. Mais il a au moins l’avantage social d’être progressif et de définir qui paie quoi, sur quelle base. On taxe le revenu, la fortune ou les donations dans des proportions variables, selon la capacité contributive. La micro-taxe, elle, ne s’embarrasse pas de tout cela: elle impose l’argent qui circule, parce qu’il circule. Ce qui reste une cause assez légère.

Micro-goutte-à-micro-goutte

Rien ne garantit que les riches paieront davantage que les pauvres, au contraire. La charge fiscale liée à un revenu d’un million de francs sera immédiatement divisée par cent. Cette différence, quelqu’un devra la payer. La micro-taxe arrache aussi à la fiscalité son effet de levier qui permet de soutenir des comportements vertueux, comme l’épargne-retraite ou la rénovation énergétique des bâtiments.

Avec la micro-taxe, on ne remplit la baignoire non plus au robinet, mais au goutte-à-goutte, au micro-goutte-à-micro-goutte. En espérant que personne ne remarque rien. Débattons de la taille de la baignoire et du robinet. Mais évitons ces artifices fiscaux qui fonctionnent comme un moteur qui fuit doucement. Sans allumer de voyant sur le tableau de bord. Mais qui fuit quand même.


Chronique précédente

«There is no free lunch»

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.