Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jeudi, un immeuble s’est effondré à Bombay, causant au moins 18 morts.
© Punit Paranjpe/AFP

Intempéries

De l’Inde au Texas, une médiatisation variable des catastrophes naturelles

L’Asie du Sud a elle aussi souffert d’inondations meurtrières ces derniers jours, mais elles n’ont été que peu relayées. Sur les réseaux, les internautes dénoncent ce décalage

Loin des yeux, la misère s’oublie. «Alors que le monde regarde le Texas, les inondations au Bangladesh, en Inde et au Népal ont tué 1200 personnes et en ont touché 16 millions», déplore @xavier_alberti, fondateur du mouvement politique français La Transition. Son tweet résume une critique fortement relayée par les internautes: l’éternel «deux poids, deux mesures» et son «ratio morts/kilomètres» règlent l’attention médiatique.

Contrairement à l’ouragan Harvey aux Etats-Unis, les inondations meurtrières qui frappent le sous-continent indien depuis début juin sont passées presque inaperçues. Comme si les moussons destructrices étaient devenues routinières en Asie du Sud. Idem pour la Sierra Leone et le Niger, qui affrontent eux aussi pluies diluviennes et coulées de boue depuis plusieurs semaines. Sans entrer dans une hiérarchisation des catastrophes ou du nombre de victimes, le décalage est flagrant. Hormis la BBC et le Huffington Post, la plupart des médias n’ont placé leur attention de ce côté-là du monde que sur le tard.

«Dis BFMTV, tu sais que…»?

Face à cette distorsion, les internautes s’insurgent. «Parler moins des chaussures de Melania Trump pour parler #inondations #Bangladesh #Inde #Népal», lâche @jeannettebougra. «Dis, BFMTV, tu sais qu’il y a des inondations en Sierra Leone et pas seulement au Texas et qu’elles ont fait plus de 500 morts?» questionne @HMaler, fondateur de l’observatoire des médias Acrimed. Alors que la solidarité s’organise pour aider les sinistrés américains, @franclne rappelle: «J’aurais aimé que la catastrophe de Sierra Leone soit aussi télévisée & documentée que celle de Houston, que le pays reçoive plus d’aides.»

Noyée sous des trombes d’eau depuis le début de la semaine, la mégapole de Bombay connaît ses pires inondations depuis 2005. Jeudi, un immeuble s’est effondré, causant au moins 18 morts. «Aucune nouvelle sur ces gens. L’Occident est vraiment autocentré. Idem pour les attentats en Irak, Afghanistan etc. Personne n’en parle…» déplore @jlm_phi.

Lire aussi: Mousson meurtrière, de l'Inde au Népal

Un constat abrupt

Les médias indiens sont-ils eux aussi centrés sur leur propre actualité? The Hindu et le Times of India consacrent tous deux des articles à la tempête Harvey dans leur rubrique internationale. L’angle est parfois patriote. Le second évoque par exemple le décès d’un étudiant indien de 24 ans originaire de Jaipur. «Au moins 200 étudiants indiens de l’Université de Houston ont été évacués, selon les autorités américaines», relate encore le quotidien.

Comme à l’issue de chaque polémique, le débat bute sur un constat abrupt. @RocheDaniel1 l’amène en 50 caractères: «Les vies n’ont pas le même poids en Sierra Leone qu’au Texas.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)