Serait-ce parce que, déchirés politiquement entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie, les Kurdes sont d’origine indo-européenne ou que leur religion originelle était le zoroastrisme? Ou serait-ce encore parce que leur langue – niée et interdite très longtemps en Turquie tandis qu’elle était enseignée à Paris, à Stockholm, à Bruxelles et ailleurs – ne ressemble ni au turc ni à l’arabe?

Lire aussi: Les Kurdes piégés appellent Damas à l’aide