Opinion

Lisa, Carlo, prenez vos responsabilités SVP!

OPINION. Le conseiller national Christian Lüscher félicite les deux élus genevois du Conseil des Etats. Et leur enjoint de défendre Genève et son aéroport, au nom des engagements européens et internationaux de la Cité.

Chère Lisa, cher Carlo,

Je vous félicite pour votre élection à la Chambre des cantons. Vous avez aujourd’hui l’infime privilège de porter haut les couleurs de notre République. Je ne doute pas de votre capacité à défendre l’intérêt général, à maintenir nos liens avec Berne et à écouter notre gouvernement cantonal. Il se trouve que vous aurez dès cette semaine une occasion unique de vous distinguer.

Je compte donc sur votre toute fraîche distinction sénatoriale pour dire haut et fort que les actes d’incivilité ne sont pas les bienvenus

Le 16 novembre, Extinction Rebellion, un groupe qui ne vous est sans doute pas inconnu, menace de perturber l’ordre public dans notre cité et peut-être même à l’aéroport. Cet appel est lancé alors que les Genevois devront s’exprimer le 24 novembre sur l’avenir de notre plateforme aérienne. Dans les jours à venir, il est donc clair que vos voix porteront. Auréolés de vos nouvelles fonctions, vous jouissez d’une belle occasion pour user du magistère de la parole. Je compte sur vous pour appeler solennellement ce groupe à gommer Genève de la carte des actions militantes qu’il entend conduire. Face à ses troupes de sécurité, Mauro vous en sera sans doute reconnaissant.

Lire également: Le développement de l’aéroport divise Genève

La défense de l’aéroport

Par la même occasion, vous pourriez aussi démontrer que vous défendrez corps et âme le travail de nos ministres cantonaux. Il vous suffira pour cela d’appeler le peuple genevois à rejeter l’IN 163 et à adopter le contre-projet porteur d’avenir pour notre aéroport. Antonio, qui œuvre pour réduire les nuisances environnementales et sonores de Genève Aéroport, appréciera sans doute.

Grâce à votre appui, le canton conservera sa crédibilité vis-à-vis de Berne, suite à une décision du Conseil fédéral du 14 novembre 2018. Il se réjouira probablement de votre reconnaissance envers la convention d’objectifs dédiée à Genève Aéroport et fraîchement adoptée par le Conseil d’Etat le 28 mai passé. Avec elle, il amplifiera la tradition de développement durable de notre aéroport, au service des 33 600 emplois générés par la plateforme, des 17 millions annuels investis pour notre environnement et des 4,1 milliards de plus-value annuelle assurée pour notre bien-être.

Antonio n’aura pas à s’excuser auprès de Simonetta et j’imagine que cette dernière compte aussi sur votre soutien. Quant à l’aéroport, il pourra utiliser un quota bruit et moduler les taxes aéroportuaires. Il attirera ainsi les avions les plus silencieux dans nos cieux. Puisque l’IN 163 écarte les soutiens sportifs au strict profit de la création culturelle, vous éviterez enfin quelques champs de tension entre Anne et Thierry et offrirez quelques sourires à la rive droite, toujours encline à supporter les Lions de Genève dans leurs belles aventures.

Quant à Nathalie, soucieuse des deniers publics, j’imagine que vous la rassurerez en démontrant votre indéfectible envie de défendre la classe moyenne et les locataires. Votre appel lui évitera par exemple d’expliquer aux passagers, aux horlogers exportateurs ou bien encore aux contribuables qu’ils devront financer d’éventuelles indemnités pour des propriétaires de villas voisines de la piste. Pour clore le chapitre des nouvelles relations que vous entamez avec nos ministres cantonaux, j’imagine que Serge, le ministre de tutelle de l’aéroport, sera sans doute heureux de ne pas risquer le destin de l’aéroport face au Grand Conseil. Avec l’IN 163, il devra se confronter à un parlement qui se distingue par sa propension à produire des textes qui n’aboutissent que très rarement.

Pour la Genève internationale

Chère Lisa, cher Carlo, je conclus cette lettre ouverte en vous invitant – et c’est sans doute l’essentiel – à ne pas affaiblir la Genève internationale. Notre aéroport, comme la Société des Nations, ancêtre de l’ONU, vient de fêter le 11 octobre passé son centenaire. Sa création est intimement liée au développement d’institutions au rayonnement mondial. Avec vous, Didier Burkhalter puis Ignazio Cassis, je me suis battu ces dernières années pour la Genève internationale. Je compte donc sur votre toute fraîche distinction sénatoriale pour dire haut et fort que les actes d’incivilité ne sont pas les bienvenus. Par ailleurs, vos nouvelles fonctions devraient vous inciter à jouer le jeu du fédéralisme et de nos engagements internationaux, en particulier l’accord sur les transports aériens qui nous lie avec l’Europe. Elles devraient vous conduire à dire clairement NON à l’IN 163 et OUI au contreprojet façonné par le Conseil d’Etat, avec l’appui de Berne.

Tous nos articles sur la Genève internationale

Publicité