Le Matin du dimanche pascal nous a appris que Lisa Mazzone est critiquée, tant par des élus de droite que de gauche, pour avoir apposé sa signature sur une lettre au Conseil fédéral à propos du soutien post-Covid à l’aviation. Oui, défend-elle en substance, soutien financier certes, mais à certaines conditions, comme l’exigence de réduction des émissions carbone, la fin de l’exonération de la TVA et des taxes sur le kérosène, etc. Ah, non! fait-on valoir: le rôle d’une conseillère aux Etats consiste à défendre son canton. Or, Genève a un aéroport, et défendre le soutien qu’on lui apportera ne doit pas passer par des conditions qui mettent en danger – 1, le modèle économique actuel de l’aéroport (la droite); – 2, les emplois (la gauche). Une conseillère aux Etats doit défendre ses idées par d’autres biais, les commissions par exemple. Et, carrément: «Une conseillère aux Etats ne doit pas se comporter comme une conseillère nationale.»