Aux Etats-Unis, les livres audio sont devenus si populaires que certains titres dépassent même les ventes papier. Leurs narrateurs ont acquis le statut de stars à part entière et des vedettes de cinéma prêtent leur voix: Colin Firth, Kate Winslet, Dustin Hoffman et Nicole Kidman ont tous été mandatés par Audible, le plus grand distributeur de livres audio sur le marché, pour donner lecture à leurs titres. Et certains écrivains sont les narrateurs de leurs propres livres, comme Malcolm Gladwell et Barack Obama.

Lancés dans les années 1930 par la Bibliothèque du Congrès dans le cadre d’un programme baptisé «Talking books» destiné aux mal-voyants, les livres audio ont connu un essor auprès du grand public dans les années 1970, lors de l’intégration des lecteurs de cassettes dans les voitures. Puis les ventes ont stagné, pour connaître un nouvel élan lors de l’arrivée des iPods puis des smartphones.

Tout comme les séries télévisées originales House of Cards et Orange Is The New Black ont transformé le distributeur de vidéos Netflix en un créateur de contenu, et le distributeur, Audible, est devenu producteur à son tour en développant ses propres séries.

Activités multitâches

L’écoute d’un livre audio se fait en général conjointement avec une autre activité; en pratiquant un sport ou lors de déplacements dans un transport public ou privé. Du coup, les scientifiques se sont penchés sur cette nouvelle manière de consommer du contenu en mode multitâches, se demandant si la compréhension était aussi bonne que lors d’une lecture traditionnelle. Il semblerait qu’il n’y ait pas de différence, sauf pour les textes complexes.

Malgré leur succès, les ventes de livres audio sont encore loin derrière celles des livres papier, dont le vrai rival est le livre numérique. En Amérique en 2014, selon une étude par Nielsen, il s’est vendu 559 millions de livres papier, comparé à 510 millions de e-books et 48 millions de livres audio.

Mais avant que les adeptes du bon vieux livre — qu’on tient dans la main et qui sent bon l’encre et le papier — ne se félicitent de sa suprématie, sachez que les éditeurs attribuent la hausse des ventes en 2015 essentiellement au succès des livres de coloriages pour adultes.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.