Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Si Bruxelles compte 20’000 lobbyistes accrédités, Berne ne distribue que 350 badges d’accès au Parlement fédéral.
© 123 rf

Opinion

Les lobbyistes de l’ombre à la lumière

En Suisse, le rôle des lobbyistes est d’autant plus important que la démocratie directe entraîne la multiplication des scrutins techniques sur des sujets complexes, estime Alexis Barbey, spécialiste en communication

«Agents de l’ombre» «marionnettistes» voire «âmes damnées des politiciens», les lobbyistes attisent d’autant plus la méfiance qu’ils jouent sur la discrétion. Leur principale association – la Société Suisse d’Affaires Publiques – vient de prendre des mesures de transparence qui ont provoqué le retrait ou l’exclusion de plusieurs membres. En Suisse, ces spécialistes occupent une place particulière qui leur est laissée par la démocratie de milice.

Remettons les choses en perspective: si Bruxelles compte 20’000 lobbyistes accrédités, Berne ne distribue que 350 badges d’accès au Parlement Fédéral. Il ne faut pourtant pas en conclure que les spécialistes suisses des affaires publiques ne sont qu’un quarteron d’activistes. Ils sont beaucoup plus présents et sous différentes formes que les chiffres ne le laissent paraître.

Pour le nucléaire comme pour les pistes cyclables

Le rôle du lobbyiste est de présenter un sujet sous l’angle le plus favorable à son client, dans le but d’aider celui-ci à atteindre un objectif. Comme pour un avocat il n’y a pas d’aspect moral a priori, mais des intérêts à défendre avec des techniques de communication appropriées. L’industrie nucléaire n’est pas moins défendable que les pistes cyclables. Et c’est là où le bât blesse auprès de citoyens qui pensent parfois que si leurs idées ne sont pas partagées par la majorité, c’est que cette majorité a subi des influences occultes. Ce qui, d’ailleurs est tout à fait exact, sauf que ces influences ne sont pas occultes. Du projet à l’urne, le parcours est long et semé de journalistes, de politiciens, de partis et de spécialistes de tout acabit qui, tous, cherchent à exercer leur pouvoir de persuasion.

Une composante de la démocratie directe

En Suisse, on peut même dire que le rôle des lobbyistes est d’autant plus important que la démocratie directe entraîne la multiplication des scrutins techniques sur des sujets complexes. Dans leur rôle de décryptage et de simplification des enjeux, les politiciens bénéficient de la préparation qui leur est proposée en amont par les spécialistes en affaires publiques.

Notre démocratie helvétique repose sur un système de milice qui est plein d’avantages mais qui suppose aussi que les politiciens «amateurs» sont sous des fortes contraintes de temps pour appréhender des questions complexes. Une présentation professionnelle des enjeux leur permet de faire face à moindre coût, avec une meilleure compréhension des conséquences de leurs choix.

Un soutien au système politique suisse

Enfin en renforçant les politiciens, les lobbyistes aident à rééquilibrer les pouvoirs entre l’administration et le monde politique. L’asymétrie de l’espérance de vie au sommet de l’Etat entre un haut fonctionnaire et un élu met souvent ce dernier en position de forte dépendance aux informations qui lui parviennent de ses services. D’autres avis sont toujours les bienvenus pour se former un avis pertinent.

Il y a donc que de bonnes raisons de penser que les spécialistes en affaires publiques vont continuer de se multiplier en Suisse. Les conditions qui seront mises à leur activité sont une tout autre histoire.


Alexis Barbey est fondateur de CAP-Conseil en Affaires Publiques et membre de la Société Suisse d’Affaires Publiques

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)