Encore un sujet qui fâche! La semaine dernière, j’évoquais dans cette chronique les difficultés politiques rencontrées par l’accord institutionnel que la Suisse tracte péniblement avec l’Union européenne. Aujourd’hui, il s’agit d’aborder le scrutin du 19 mai concernant la révision de la loi sur les armes, que nous impose notre participation aux Accords de Schengen, dont nous nous sommes engagés à adopter les développements légaux. Comme pour l’accord-cadre, les partis politiques sont peu enthousiastes concernant cette loi. Comme je l’écrivais il y a un an déjà (LT du 06.04.2018), la consultation les a montrés très divisés: le PS, les Verts et les Vert’libéraux exigeaient un durcissement du projet. Le PDC et le PLR l’approuvaient tout en déplorant un excès de bureaucratie, en soulignant que la base légale helvétique actuelle suffisait à répondre aux exigences de l’UE. Enfin, l’UDC rejetait un texte jugé à la fois inutile, dispendieux et liberticide.