Le monde est en fièvre. Nous vivons une course exponentielle vers la catastrophe, illustrée par les données rassemblées sous le titre «La Grande Accélération», qui montrent ce qui se passe depuis le début du XXe siècle (un battement de paupières dans l’histoire du monde) en termes d’utilisation irréfléchie des ressources de la Terre, dans une trentaine de secteurs. Depuis le milieu du siècle passé, sa température monte. Cette étrange anomalie double régulièrement tous les trente ans d’une manière qui semble inexorable. Depuis le début du phénomène, la Terre a déjà pris plus de 1°C. Malgré les efforts de plus en plus engagés, l’accélération de la montée n’a pas encore faibli d’un fifrelin. Mauvaise nouvelle, qui veut dire que, sans mesures considérablement renforcées, le phénomène va continuer. Nous aurons 1,5°C vers 2030 et les fameux 2°, dont les spécialistes disent qu’il ne faut absolument pas le dépasser, seront pour avant 2040.

Lire aussi: Loi sur le CO2: la Suisse se met au chevet du climat