Le 7 mars, nous voterons sur la loi fédérale relative à l’e-ID qui veut créer la base juridique d’une identité électronique suisse reconnue par l’Etat (e-ID). Et il y a urgence. Car de plus en plus de citoyens, d’autorités, d’associations et d’entreprises utilisent des services en ligne et doivent pouvoir s’identifier de manière incontestable sur internet. Certes, des procédures d’identification existent depuis un certain temps déjà, mais elles ne font l’objet d’aucune surveillance, d’aucun contrôle ni d’aucune règle juridique (par exemple pour la protection des données).

Aujourd’hui, la plupart des administrations cantonales sont occupées à mettre en œuvre les processus numériques de l’e-gouvernement. Ses avantages sont nombreux: rapidité des échanges avec la population; accès facilité à tous les services en ligne pour les particuliers et les entreprises; réduction des délais de traitement des échanges internes et externes à tous les niveaux; réduction des coûts et des charges administratives.