En 1891, la Suisse, inquiète de l’afflux migratoire de Juifs fuyant l’Est, adopte une mesure radicale: interdire l’abattage rituel. Cela rend de facto difficile le maintien d’une vie juive sur son territoire. Cent trente ans après, on voit cette tentation ressurgir sur tout le continent européen, avec des effets délétères.

Partout en Europe, les libertés religieuses reculent. Des rites millénaires, comme la circoncision ou l’abattage rituel, sont régulièrement remis en cause. La Cour de justice de l’UE vient ainsi de confirmer une décision de justice rendue en Belgique. Elle indique que l’étourdissement préalable de l’animal peut être imposé dans l’Union européenne, menaçant plus gravement que jamais la shehita (abattage traditionnel). On peut également citer le projet de loi déposé en 2018 au parlement islandais, qui souhaitait criminaliser la circoncision pratiquée sans raison médicale, au motif qu’elle porterait atteinte à l’intégrité physique des mineurs.