Entre un Etat qui a frôlé la faillite début octobre et un secteur bancaire aux abois, le destin économique de la Hongrie ne tient qu'à un fil: la solvabilité des ménages. Malgré les mesures prises par le gouvernement pour limiter ses dépenses, les ménages continuent de payer les traites de leurs crédits. «Le système résiste encore», assurait l'économiste Janos Samu mercredi dernier, les yeux rivés sur ses indicateurs: «On est encore loin d'un «subprime» à l'américaine, avec une explosion des défauts de paiements et des saisies immobilières. Jusqu'à 20%, la baisse du forint devrait rester supportable pour les ménages, malgré les conséquences du plan d'austérité imposé au gouvernement par le FMI.»

Cet optimisme est en passe d'être douché par une salve de mauvaises nouvelles tombées ces derniers jours. Vendredi, le constructeur japonais Suzuki a annoncé 1200 licenciements dans son usine d'Esztergom, alors que la marque présentait encore des projections optimistes une semaine plus tôt. Dans la foulée, le fabricant de matériel électronique Foxconn a annoncé lundi la suppression de plus de 1000 postes dans ses usines hongroises. L'indice de confiance des chefs d'entreprise est tombé à son plus bas historique depuis le début de sa compilation, en 1996.

Dans une étude publiée la semaine dernière, l'assureur Allianz a mesuré la confiance des ménages dans huit pays européens et aux Etats-Unis. La Hongrie figure au dernier rang, avec seulement 4% des sondés affirmant avoir confiance en l'avenir, tandis que 68% se déclarent inquiets. C'est la Suisse qui décroche la palme de l'optimisme: 54% des sondés estiment que la situation du pays est bonne ou relativement bonne.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.