Les experts internationaux récemment dépêchés en Chine pour enquêter sur les origines de la pandémie de Covid-19 «dévoilent» ce mardi le détail de leurs conclusions, qui privilégient la transmission via un animal intermédiaire, sans que celui-ci puisse être identifié à ce stade, annonce l’Agence France-Presse (AFP). Ce rapport conjoint des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la Chine fait suite à une mission sur les origines de la transmission du virus à l’homme, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, menée sur le terrain du 14 janvier au 9 février.

A lire aussi:

A lire aussi:

Ces conclusions seront présentées à Genève en conférence de presse virtuelle en début d’après-midi et, selon les éléments du rapport dont plusieurs médias ont obtenu copie lundi, ses auteurs jugent cette transmission du virus à l’être humain par un animal intermédiaire «probable à très probable», tandis que l’hypothèse d’un incident de laboratoire est au contraire qualifiée d’«extrêmement improbable». Ce, malgré les accusations de l’ancien chef de la principale agence fédérale de santé publique aux Etats-Unis, Robert Redfield. Ce qui n’empêche de toute manière pas les réflexes anti-chinois basiques, alors que le pangolin semble «disculpé»: