La mobilisation pour surveiller la progression de la grippe «porcine» qui s’est déclarée au Mexique est montée d’un cran hier. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d’avancer d’un jour la réunion de son groupe d’experts, chargé notamment des procédures visant à contenir la progression de l’épidémie de grippe porcine. L’OMS décide de passer au niveau d’alerte 4. Les cas avérés de grippe porcine de la souche méconnue H1N1, que l’on redoute parce qu’elle se transmet d’homme à homme, sont encore peu nombreux. Mais les cas dits «suspects», qui devront encore faire l’objet d’examens plus approfondis, se multiplient. Hier, la Suisse a fait état d’une hospitalisation à Baden et de cinq ou six cas suspects. Le Mexique, où 149 personnes sont mortes, a fermé ses écoles, et des précautions similaires ont été prises en Californie (Sacramento). En fin de soirée, les experts de l’OMS étaient toujours en réunion pour décider du degré d’alerte à communiquer aux Etats.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.