Certes, on n’a pas attendu la pandémie pour être soumis à la dictature des chiffres, mais depuis mars 2020, le nombre de malades du covid, d’hospitalisations et de morts, et, depuis l’été dernier, le nombre de vaccinés composent une litanie lancinante qui finit par donner la nausée.