On peut penser ce que l’on veut des idées de l’UDC. Mais l’on ne peut que regretter son style si unschweizerich , mélange de simplisme et de brutalité verbale qui dévoie la culture politique de ce pays, celle qui subordonne la confrontation des idées à la recherche de compromis féconds. Et l’on doit déplorer que des élus UDC parmi les plus capés apostrophent une conseillère fédérale sur un registre grossier, en direct sur un plateau de télévision. Cette forme de délinquance politique dégrade la culture démocratique suisse.

En revanche, ces outrances permanentes ne justifient en aucun cas de répondre à ce parti par l’incitation à la violence. Si bien qu’en pliant devant quelques excités appelant à des déprédations si l’UDC suisse venait à se réunir sur le campus lausannois, l’Université de Lausanne a pris une décision fâcheuse. Céder si vite à quelques menaces anonymes, c’est piétiner le principe qui veut qu’un parti doit pouvoir se réunir librement pour discuter de son programme. Cette dérobade donne une image piteuse du fonctionnement des institutions.

Dès lors que des engagements avaient été pris et que l’on pouvait craindre quelques remous, il était légitime de s’en inquiéter et de se donner les moyens de canaliser cette contestation sans l’exagérer. La tâche d’assurer un service d’ordre incombe à l’Etat, pas à l’alma mater. Il était naturel que l’UNIL demande à la municipalité de Lausanne et au Conseil d’Etat vaudois de prendre leurs responsabilités. Par précipitation et courte vue, cette démarche n’a hélas pas été entreprise.

Dans une situation analogue, Delémont et le Jura ont récemment plutôt bien réussi l’exercice. L’effort semble à la portée des forces de police vaudoises. Hier, les exécutifs lausannois et vaudois n’ont pourtant pas brillé par leur courage. En ne s’engageant pas publiquement à garantir la tenue d’un congrès de l’UDC suisse en terre vaudoise, les autorités cantonales entretiennent le soupçon que le renoncement de l’UNIL les arrange. A sa manière, cette lâcheté porte aussi atteinte à la démocratie.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.